"Laissez-nous coiffer !" : des coiffeuses du Puy-de-Dôme chantent pour défendre leur liberté de travailler

Le confinement n'a pas ôté le sens de l'humour aux coiffeuses d'un salon de Gerzat. Privées d'emploi, elles ont réalisé un clip dans lesquel elles chantent leur envie de retrouver peignes et ciseaux.

Chaque année, 60 millions de Français fréquentent un salon de coiffure. Considérés comme des commerces non essentiels, ils ont eux aussi baissé le rideau depuis plus de trois semaines. Même se faire coiffer à domicile est proscrit. En attendant la réouverture de leur salon à Gerzat, dans le Puy-de-Dôme, des employées et leur patronne ont profité du confinement pour pousser la chansonnette. Ces professionnelles ont réécrit les paroles de la chanson de Dalida  "Laissez-moi danser"... pour défendre leur activité.

Un clip pour défendre leur profession

Pour ne pas céder à la morosité ambiante, grimées et costumées, sèches-cheveux à la main, les coiffeuses ont donc réalisé, sur cet air entraînant, un clip plein d'humour devenu "Laissez-moi coiffer". La vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux, rencontre d'ailleurs un petit succès. Une façon de montrer leur solidarité avec toute une profession en péril et leur envie de se remettre au travail.

Elles viennent de tourner un autre clip, plus grave celui-ci, sur une reprise du titre d'Emmanuel Moire, "Je fais de toi mon essentiel". Ces vidéos sont aussi une façon de ne pas couper le lien avec la clientèle qui n'a pas cessé de prendre des nouvelles depuis le début du confinement. 

Vous êtes à nouveau en ligne