Chine : des centaines de manifestants à Wuhan pour protester contre la politique du "zéro Covid"

Des manifestants filment un rassemblement en la mémoire des victimes de l\'incendie d\'un immeuble à Urumqi, à Shanghai (Chine), le 27 novembre 2022. 
Des manifestants filment un rassemblement en la mémoire des victimes de l'incendie d'un immeuble à Urumqi, à Shanghai (Chine), le 27 novembre 2022.  (MAXPPP)

La colère monte contre la draconienne politique de "zéro Covid" pratiquée par les autorités du pays depuis près de trois ans.

Des centaines de personnes ont manifesté dimanche 27 novembre à Wuhan, dans le centre de la Chine, contre la draconienne politique de "zéro Covid" pratiquée par le gouvernement. Selon des vidéos diffusées en direct sur les réseaux sociaux et géolocalisées par l'AFP, une foule d'habitants en colère étaient rassemblés dans cette ville où avait été détecté le premier cas de Covid-19 en décembre 2019, et d'autres manifestations similaires ont éclaté dans plusieurs villes. Ce direct est désormais terminé.

A Shanghai, des "Xi Jinping, démission !" Une vidéo largement diffusée sur internet et que l'AFP a géolocalisée à Shanghai montre certains protestataires crier "Xi Jinping, démission !" et s'en prendre aussi au Parti communiste chinois. Il s'agit là d'une très rare démonstration d'hostilité contre le président et le régime dans la capitale économique du pays, soumise au début de l'année à un épuisant confinement de deux mois.

A Pékin, plusieurs centaines d'étudiants manifestent. Plusieurs centaines d'étudiants de la prestigieuse université Tsinghua à Pékin ont pris part de leur côté, dimanche, à une manifestation contre la politique de lutte contre le Covid-19. 

D'autres villes concernées. Des vidéos sur les réseaux sociaux ont par ailleurs montré une importante veillée à l'Institut des communications de Nankin, où les participants brandissaient également des feuilles de papier blanc, ainsi que de petits rassemblements à Xian, Wuhan et Canton, mais l'authenticité de ces images n'a pas pu être vérifiée par l'AFP.

Vous êtes à nouveau en ligne