DIRECT. Covid-19 : l'Allemagne se reconfine partiellement du 2 au 30 novembre

La chancelière allemande Angela Merkel, à Berlin, en Allemagne, le 28 octobre 2020. 
La chancelière allemande Angela Merkel, à Berlin, en Allemagne, le 28 octobre 2020.  (FABRIZIO BENSCH / POOL / AFP)

Le pays va fermer pour un mois les restaurants, les institutions sportives et culturelles, dans le cadre de nouvelles restrictions drastiques pour combattre la deuxième vague du Covid-19, a annoncé mercredi Angela Merkel.

Tour de vis outre-Rhin. L'Etat fédéral allemand et les Länder se sont mis d'accord sur l'instauration d'un reconfinement partiel du 2 au 30 novembre, qui passera notamment par la fermeture des bars et des restaurants, a annoncé mercredi 28 octobre Angela Merkel. Les institutions sportives et culturelles seront également fermées. Ces mesures "dures" et "valables pour tout le pays" doivent permettre de limiter autant que possible les contacts et ainsi endiguer la propagation rapide du coronavirus, a déclaré la chancelière. Suivez la situation dans notre direct.

De nouvelles restrictions attendues en France. Emmanuel Macron doit annoncer de nouvelles mesures pour affronter la deuxième vague de Covid-19, mercredi. Cette deuxième vague est "logique" a affirmé Jérôme Salomon, le directeur général de santé, mercredi après-midi, auditionné par les députés. "Ce qui a frappé l'ensemble des spécialistes européens, c'est sa brutalité, peut-être sa précocité", a-t-il poursuivi. Et de prévenir : "Nous sommes face à une deuxième vague qui pourrait être supérieure à la première." 

La Fédération hospitalière de France préconise un "reconfinement total". Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) et maire Agir de Fontainebleau (Seine-et-Marne) l'a déclaré, mardi, sur France Inter. "Nous sommes déjà au cœur de l'orage", a-t-il commenté, souhaitant "un confinement clair, encadré dans le temps, et qui donne de la lisibilité et de la clarté aux Français".

200 millions de doses du futur vaccin pour les pays pauvres. Les pays les plus pauvres ne seront pas exclus de l'accès au vaccin contre le Covid-19. C'est en tout cas le souhait de l'OMS avec son programme international Covax, destiné à distribuer des doses du futur vaccin. Les laboratoires Sanofi et GSK ont annoncé, mercredi, qu'ils mettraient 200 millions de doses de leur vaccin à disposition de ce programme. Ils prévoient d'obtenir les premiers résultats "au début du mois de décembre 2020 et d'être en mesure de lancer un essai pivot de phase III avant la fin de l'année".

François Hollande juge durement la politique sanitaire. Invité de la matinale de franceinfo, l'ancien président de la République a critiqué l'après-confinement. "C'est sûrement le déconfinement qui a été trop rapide, et la rentrée a été organisée de façon trop optimiste. Il faut procéder par degré et ne pas déconfiner trop rapidement." Il a également reconnu avoir peut-être été trop imprudent lui aussi. "J'ai sans doute cédé à cette tentation d'avoir des réunions de famille", a-t-il admis

"Pas de panique", assure Michel Edouard Leclerc. Dans un message publié sur son compte, le président du Comité stratégique des centres E. Leclerc appelle les consommateurs à être raisonnables. "Les consommateurs depuis une semaine se jettent à nouveau sur les pâtes (30%) et le papier WC (20%)", écrit-il, rappelant des scènes du début du premier confinement, en mars dernier. "Pas de panique, il y a du stock partout. Ne rejouons pas mars 2020 !"

Vous êtes à nouveau en ligne