"Dieu ne nous demande pas d'être tous au même endroit au même moment" : en Californie, les lieux de culte résignés face au reconfinement

L\'église méthodiste Grace United de Long Beach, en Californie.
L'église méthodiste Grace United de Long Beach, en Californie. (GOOGLE STREET VIEW)

Avec plus de 7 000 morts, au moins 320 000 cas recensés et un taux d’hospitalisation en hausse dû au coronavirus, le gouverneur de Californie a décidé de confiner à nouveau : les lieux de culte, par exemple, doivent à nouveau fermer dans une trentaine de comtés.

Un panneau "Dieu croit à la science" sur la pelouse, ou encore un homme d'église portant un masque aux couleurs de l'arc-en-ciel... L'église méthodiste Grace United, à Long Beach, penche clairement du côté progressiste. Elle fait partie des lieux de culte qui ferment à nouveau en Californie, face aux quelques 320 000 cas de contamination au coronavirus recensés. Lundi 13 juillet, le gouverneur de Californie Gavin Newsom a annoncé la fermeture des salons de coiffures, des salles de gym et, dans une trentaine de comtés à risques, dont celui de Los Angeles. Et donc, des lieux de culte.

Le révérend Dan Lewis approuve sans réserve la décision du gouverneur de Californie de fermer les lieux de cultes. "Dieu ne nous demande pas d'être tous au même endroit, de regarder tous dans la même direction au même moment, en particulier si un risque existe pour les plus vulnérables. Les chrétiens qui se rassemblent seulement pour bomber le torse, sans prendre soin de ceux qui en ont besoin, ne suivent pas les évangiles, selon moi". 

Des cérémonies en visioconférence

L'église du révérend Lewis a déjà fermé plusieurs semaines cette année. Il s’est adapté, organisant son service du dimanche sur Zoom. "Bien sûr, nous voulons revenir et nous rassembler, mais la crise a été une opportunité d’avancer sur la question des modes de communication modernes. Je ne pense pas que nous pourrons nous retrouver en personne avant des mois, à cause de ceux qui ne jouent pas le jeu dans ce pays."

Comme il le reconnaît lui-même, difficile de chanter tous ensemble sur Zoom. Mais le plus grand sacrifice, dit-il, est de renoncer aux accolades et aux poignées de main entre fidèles. 

Vous êtes à nouveau en ligne