Confinement : après la pédagogie, place aux sanctions

Entré en vigueur vendredi 30 octobre, le second confinement ne serait que trop peu respecté aux yeux du gouvernement. Après une approche pédagogique, le ministère de l'Intérieur a donc décidé de renforcer les contrôles de police.

Mercredi 11 novembre, en région parisienne, difficile de percevoir le confinement. Familles, joggeurs ou promeneurs se baladent souvent sans attestation : "Je l'ai oubliée ce matin, c'est quoi cette histoire de sortir avec un papier à chaque fois ?", s'interroge un promeneur. "Je ne vous cache pas que souvent, j'en ai plusieurs sur moi, que je sors de différentes poches", confesse un riverain.

Le message de Gérald Darmanin a été entendu

Gérald Darmanin a ainsi adressé une lettre aux préfets lundi 9 novembre, demandant une fermeté pour faire respecter le confinement. Le message a été entendu, les forces de l'ordre contrôlent et verbalisent. "On ne peut plus se permettre d'avoir un discours de pédagogie. Toute personne sur la voie publique sans attestation et sans motif légitime est verbalisée", explique Ludovic Viral, commissaire du XIe arrondissement de Paris. Selon le ministère de l'intérieur, 65 000 procès-verbaux ont été dressés pour non-respect du deuxième confinement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne