Confinement : une hausse notable des violences conjugales en Normandie

France 3

Pendant le confinement, les violences conjugales en France ont augmenté de presque 30%. Pour la plupart, il s'agit de femmes battues, qui ont pu raconter leur terrible quotidien.

À Caen (Calvados), grâce à des décisions de justice et au travail des associations spécialisées, des dizaines de femmes ont pu être éloignées de leur compagnon. Depuis la mise en place du confinement en France, il y a eu une recrudescent des violences conjugales. C'est le cas d'Élise Dubost, qui depuis trois semaines, est hospitalisée dans un service intensif du CHU de Caen. Âgée de 25 ans, elle a été sauvagement agressée par le père de son bébé, le 17 avril dernier. Poignardée à plusieurs reprises dans le dos, Élise va survivre, mais restera tétraplégique.

Un bond de 30% des violences conjugales dans la région

"C'est une affaire d'une violence inouïe, car on a une victime qui est dans une situation de santé catastrophique. On peut tous se mettre à la place ou imaginer les difficultés qu'elle va affronter au quotidien du fait de sa situation médicale", explique Aline Lebret, avocat de la famille d'Élise Dubost. L'agression subie par Élise Dubost n'est qu'un exemple tragique parmi beaucoup d'autres depuis le confinement. Les violences faites aux femmes pendant le confinement auraient bondi de 30% dans la région, selon les chiffres de la Préfecture.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne