Confinement pour lutter contre le coronavirus : "Je souhaite qu'on ait à verbaliser personne", espère un syndicat de policiers

Le ministre de l\'Intérieur Christophe Castaner a annoncé le déploiement de 100 000 policiers et gendarmes pour veiller au respect du confinement.
Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé le déploiement de 100 000 policiers et gendarmes pour veiller au respect du confinement. (FRANCOIS CORTADE / FRANCE-BLEU NORD)

Les policiers devraient être mobilisés en masse pour faire appliquer les mesures de restriction de la circulation.

"Je souhaite qu'on ait à verbaliser personne, ça signifierait que les Français ont fait preuve de civilité, de solidarité, d'intelligence collective", a déclaré lundi 16 mars sur franceinfo Yves Lefebvre, secrétaire général du syndicat Unité SGP Police FO, alors que le gouvernement a décidé d'un confinement de 15 jours sous peine d'une amende, pour lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19.

"Maintenant, si demain on est amenés à contrôler et à verbaliser, ce qu'on fera, 38 euros, ce n'est pas assez dissuasif", a déploré Yves Lefebvre. "En Espagne, les amendes sont à plus de 1 000 euros."

"On va redéployer des agents sur la voie publique"

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé le déploiement de 100 000 policiers et gendarmes pour veiller au respect du confinement. "Je me demande où il va les trouver", s'est interrogé le syndicaliste, rappelant que les forces de l'ordre étaient aussi touchées par le coronavirus et par les problématiques de gardes d'enfants.

"On va prioriser certaines missions, on va faire des préfiltrages dans les commissariats qui porteront sur l'impérieuse nécessité de recueillir une plainte, on va prioriser les gardes à vue", a expliqué Yves Lefebvre. "On va essayer de soulager la charge de certaines unités pour mieux les redéployer ensuite sur la voie publique."

Vous êtes à nouveau en ligne