Confinement : Marlène Schiappa alerte sur une "possibilité d’épuisement silencieux des femmes"

Marlène Schiappa, secrétaire d\'État chargée de l\'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, invitée de franceinfo lundi 1er juillet.
Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, invitée de franceinfo lundi 1er juillet. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

La secrétaire d'Etat a expliqué qu'il y avait une "répartition inégalitaire des tâches dans les couples, comme sur le ménage, l’éducation des enfants à la maison, la préparation des repas".

Invitée de franceinfo jeudi 16 avril, Marlène Schiappa s’est dite "inquiète" d’une "possibilité d’épuisement silencieux des femmes, et notamment des mères de famille pendant le confinement".

Une crainte basée sur une étude commandée par le gouvernement à l’institut Harris Interactive. Il y a une "répartition inégalitaire des tâches dans les couples, comme sur le ménage, l’éducation des enfants à la maison, la préparation des repas, etc.", a souligné la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations.

Le confinement "peut parfois générer un épuisement"

"Par exemple, cette étude montre que 54% des femmes passent plus de deux heures par jour aux tâches ménagères, contre seulement 35% des hommes", indique la membre du gouvernement. Autre résultat "préoccupant" de cette étude, selon Marlène Schiappa : "58% des femmes disent en faire plus que leur partenaire sur la question des repas."

Dans 63% des familles, les repas sont faits par les femmes. ça veut dire que trois fois, voire quatre par jour, vous avez la tâche de faire un repas, les courses, élaborer les menus, mettre la table, etc.Marlène Schiappaà franceinfo

Pour la secrétaire d'Etat, "on a beaucoup parlé du fait que, comme les cantines étaient fermées, ça pose un problème de budget dans les familles les plus modestes, c'est vrai, mais ça pose également la question de qui prépare les repas". Marlène Schiappa souligne que le "confinement est donc rendu plus difficile et peut parfois, c'est ce que nous disent certaines associations, générer un épuisement."

Un progrès pour les devoirs et l'école à la maison

La secrétaire d’Etat a toutefois noté un "aspect positif" dans cette étude : "On constate quand même un progrès dans l'engagement des hommes dans la question des devoirs et de l'école à la maison." Marlène Schiappa indique que l'on a "56% des femmes qui sont principalement en charge de l'organisation des devoirs de l'école à la maison, mais on a plus d'hommes qu'habituellement qui s'occupent de l'école à la maison".

"D'habitude, les anciennes études disent que, dans 10% des familles, c'est le père, principalement, qui s'occupe du suivi des devoirs, explique la membre du gouvernement. Et là, on a une légère augmentation". "Donc, je ne voudrais pas oublier d'encourager tous les hommes et tous les pères qui s'engagent plus que d'habitude pendant la période du confinement", a déclaré la secrétaire d'Etat.

Vous êtes à nouveau en ligne