Confinement : les conséquences sur le cerveau

Même si le confinement est là pour nous protéger, il nous bouscule également. Et ce n'est pas sans conséquence. Driss Boussaoud, directeur adjoint de l'Institut de neuroscience des systèmes, au sein de l'INSERM et de l'université Aix-Marseille, explique que les cerveaux sont chamboulés par cette période.

Il est certain que nos cerveaux sont chamboulés dans cette période de confinement auquel ils ne sont pas habitués, explique Driss Boussaoud, le directeur adjoint de l'Institut de neuroscience des systèmes : "Avec le confinement qui chamboule nos modes de vie, on peut s'attendre à ce que nos cerveaux soient aussi chamboulés. D'ailleurs on le voit dans les faits divers et les violences de diverses sortes. Les désordres mentaux ont explosé ces dernières semaines."

La plasticité neuronale au cœur du changement

Néanmoins, Driss Boussaoud ne voit pas que du négatif dans cette période compliquée : "La bonne nouvelle dans tout ça est que le cerveau est un organe plastique. On parle de plasticité neuronale qui permet au cerveau de s'adapter. On est dans un chamboulement de nos modes de vie. Mais, le cerveau va nous permettre grâce à la plasticité neuronale de retomber sur nos pieds. Cela prend du temps mais les neurones vont modifier la manière dont ils fonctionnent."

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne