Confinement : le poids de l'isolement en zone rurale

Les plus démunis sont parfois les personnes âgées. Elles ne peuvent plus sortir et parfois plus se nourrir. Heureusement, des aides gardent le lien.

La solitude est parfois une épreuve de plus pour ceux qui vivent isolés. Et les angoisses sont là : la propagation du virus et le poids de l'isolement. Pour ces personnes, il faut limiter au maximum les contacts, même avec les aides à domicile, par exemple. "Je suis inquiète, je voudrais que ça s'arrête", explique une femme âgée de 96 ans depuis son balcon à Toulon (Var).

Déjà trois semaines d'isolement

"Avant, mes nièces venaient tous les mois. Aujourd'hui, elles ne peuvent plus venir du tout. J'ai des nouvelles par téléphone, c'est tout", poursuit-elle. Le confinement, qui en est à son 21e jour lundi 6 avril, fragilise encore un peu plus les personnes âgées isolées. "C'est très important de faire attention à elles, de les faire bouger", explique Annie Valette, bénévole aux Petits frères des pauvres.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne