Confinement : ivre après un apéro WhatsApp, un homme se fait secourir par les pompiers et gendarmes du Loir-et-Cher

Un habitant du Loir-et-Cher a dû être secouru par les gendarmes et les pompiers après avoir bu deux bouteilles de vin lors d\'un apéro Whatsapp. 
Un habitant du Loir-et-Cher a dû être secouru par les gendarmes et les pompiers après avoir bu deux bouteilles de vin lors d'un apéro Whatsapp.  (STEPHANE LEF?VRE / MAXPPP)

L'homme s'est endormi après avoir bu deux bouteilles de vin. Ses amis ont donné l'alerte après que son visage a disparu de l'écran. 

Gendarmes et pompiers ont dû forcer la porte d'une maison à Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher) dans la soirée du samedi 25 avril parce que son occupant, ivre, ne donnait plus signe de vie à ses amis avec qui il partageait un apéro-vidéo sur WhatsApp, raconte France Bleu Orléans.

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Vers 23h15, l'homme disparaît du champ de sa caméra au cours de cet apéritif à distance via ordinateur ou smartphone, rentré dans les mœurs en cette période de confinement. Il ne répond plus à ses amis connectés à distance, et ne réapparaît plus. Il ne répond pas non plus au téléphone. Inquiets, ses amis finissent par donner l'alerte. Ils appellent les pompiers qui à leur tour préviennent la gendarmerie du Loir-et-Cher.

Après deux bouteilles de vin, il s'était endormi

Pompiers et gendarmes se rendent chez le particulier, frappent à la porte, aux fenêtres et aux volets. N'obtenant pas de réponse, ils forcent la porte d'entrée et découvrent l'homme à terre, conscient mais complètement ivre. Il leur raconte s'être levé pour aller aux toilettes, puis être tombé et s'être endormi à terre. Il avait bu deux bouteilles de vin, indique-t-il aux gendarmes.

L'homme a dû être transporté au centre hospitalier de Romorantin-Lanthenay en observation et y a passé la nuit. Les participants à cet apéro à distance ont eu le bon réflexe en prévenant les secours, indique la gendarmerie, car l'homme aurait pu faire un malaise ou un coma éthylique. Mais, disent-ils, "le mieux, quand on voit qu'un participant entame sa deuxième bouteille est de lui dire de s'arrêter là".

Vous êtes à nouveau en ligne