Concessionnaires, prêt-à-porter, coiffeurs... La France s'apprête à redémarrer

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chaque jour, un tour d'horizon des initiatives, en pleine épidémie de coronavirus, avec nos confrères de France Bleu. La France s'apprête à redémarrer, alors que le déconfinement se profile.

Ils n’ont pas vu le moindre client depuis deux mois et pour eux, la reprise est cruciale ! Eux, ce sont les professionnels de l’automobile : les concessionnaires auto et moto, comme Bertrand, qui tient une concession à Orvault, près de Nantes. Sur 55 salariés, une quarantaine s’est retrouvée au chômage partiel. Les autres travaillent derrière leur écran, chez eux. Alors, Bertrand va rouvrir mardi. "C’est vital, il l’a dit à France Bleu Loire Océanc'est essentiel parce qu'on est sur des métiers avec peu de rentabilité, malgré les grosses structures. Dès qu'il y a un trou dans la chaussure, ça entraîne énormément de choses. Là, il faut vraiment qu'on rouvre parce qu'on a aussi des stocks. J'ai plus de six millions de stock de véhicules. Il faut que je paye !"

Sérénité rime avec sécurité

Pour tous ceux qui doivent rouvrir, la semaine prochaine, ça demande toute une organisation et beaucoup d’adaptation. Du coup, les commerçants sont déjà au travail, dans leurs boutiques. C’est le cas de Dominique qui gère un magasin de prêt-à-porter dans le centre-ville de Niort. Elle ne badine pas avec les gestes barrières, comme elle l’explique à France Bleu Poitou : "On va créer un sens de circulation. Chaque vêtement essayé ne pourra pas être remis en rayon, il faudra le confiner. Toutes les deux heures on va tout désinfecter en fermant le magasin. Je ne sais pas encore comment je vais gérer ça".

Rendez-vous déjà pris chez le coiffeur

Ils n’ont jamais été aussi longs, ils partent dans tous les sens… ou alors, vous avez craqué et tout rasé ? Vos cheveux ont mal vécu le confinement, et vous êtes très nombreux à avoir pris rendez-vous chez votre coiffeur la semaine prochaine. À Pau par exemple, le salon Stéphan va tout désinfecter cette semaine, et avant et après chaque cliente. Les journées vont être longues, mais la reprise passe par là, pour l’un des coiffeurs du salon palois, Joannic, avec France Bleu Béarn : "Ca va nous demander un peu plus de temps par cliente que d'habitude. On va allonger les horaires de nos journées. Il n'y aura pas d'augmentation de nos tarifs mais nous facturerons la désinfection de nos outils entre chaque cliente, entre deux et quatre euros selon la prestation".

Et puis c’est l’un fin d’un long tunnel, pour tous les défenseurs des animaux. Plusieurs refuges de la SPA, et notamment celui de Mérignac, près de Bordeaux, rouvrent leurs portes dès lundi mais attention, les adoptions se feront uniquement sur rendez-vous.

Vous êtes à nouveau en ligne