Fréquentation des salles de cinéma : un redémarrage très timide

France 3

Cela va bientôt faire un mois que les cinémas ont rouvert au public. L'été ne rime généralement pas avec grande affluence dans les salles mais avec la Covid-19, la fréquentation dégringole affichant une baisse sans précédent de 60%.

Dans un complexe en périphérie de Rennes (Ille-et-Vilane), les premières séances de l'après-midi sont loin de faire salle comble. En cette période de vacances, ce sont surtout des grands-parents avec leurs petits-enfants qui ont acheté un ticket pour aller au cinéma. La reprise reste timide d'autant que la programmation, bien qu'alléchante, diffère des étés précédents. "Il nous manque le gros blockbuster américain. On a beaucoup de films français et de choses qui sortent, mais c'est vrai qu'il manque ce gros film américain pour redynamiser l'activité", explique Alexandre Briand, assistant de direction au CGR La Mézière.

Des offres tarifaires pour booster la fréquentation

Pour doper la fréquentation, le cinéma propose des offres tarifaires pour ses abonnés et surtout des événements comme des avant-premières. L'optique est la même dans un cinéma d'art et d'essai du centre-ville. À côté d'Été 85qui s'annonce déjà comme l'un des succès du mois de juillet, des vieux films sont à l'affiche. Cela freine en partie la baisse de fréquentation qui frôle tout de même les 40%. "De manière générale, sur juillet et août, on fait entre 10 000 et 12 000 entrées. Cette année, on fera 6 000 ou 7 000 entrées, nous l’espérons. Tout le monde a bien conscience qu'on ne peut pas continuer à exploiter les cinémas de cette manière là. À un moment donné, il faudra qu'on revienne à la normale", alerte Patrick Fretel, propriétaire du cinéma "Arvor".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne