Chômage partiel : le gouvernement veut lutter contre les fraudes

franceinfo

Les entreprises peuvent demander, si elles le souhaitent, des indemnisations de l'Etat pour payer leurs salariés au chômage partiel à cause du coronavirus. Début mai, les demandes d’indemnisations concernaient plus d'un million d'entreprises.

Au moment d'instaurer le confinement pour lutter contre le coronavirus, le gouvernement avait décidé d'aider financièrement les entreprises obligées de mettre leurs salariés en chômage partiel. "12,4 millions de salariés sont concernés par le dispositif d'aide au chômage partiel, ce qui représente plus d'un tiers de la population active. Et la facture risque d'être très salée pour l'État, puisque 24 milliards d'euros ont déjà été engagés en ce sens", détaille Pauline Forgue, journaliste de France Télévisions, dimanche 17 mai.

Un renforcement des contrôles en vue

Ce dispositif existe depuis des années mais il n'avait jamais été mis en place à une si grande échelle. "Dans les faits, les entreprises qui veulent en bénéficier sont dans l'obligation de verser 84% du salaire net à leurs employés. Dans le même temps, l'entreprise fait une demande d’indemnisation à l'État qui va ensuite étudier le dossier (...) Dernièrement, le ministère du Travail a annoncé un renforcement des contrôles à venir car de nombreuses entreprises sont en possibilité de frauder, notamment en ayant maintenu leur activité tout en percevant l'aide", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne