Chine : le coronavirus "pas aussi puissant" que le Sras, mais plus contagieux

Des journalistes lors d\'un point presse de la Commission de la santé sur l\'épidémie du nouveau coronavirus à Pékin, en Chine, le 26 janvier 2020. 
Des journalistes lors d'un point presse de la Commission de la santé sur l'épidémie du nouveau coronavirus à Pékin, en Chine, le 26 janvier 2020.  (KOKI KATAOKA / YOMIURI / AFP)

Selon les autorités sanitaires chinoises, le nouveau virus a une période d'incubation pouvant aller jusqu'à deux semaines et la contagion est possible durant cette période.

Son taux de mortalité est moindre que celui du Sras. Le nouveau coronavirus, qui a contaminé en Chine près de 2 000 personnes et tué plus de 50 patients dans le monde, "n'est pas aussi puissant" que le virus du Sras à l'origine d'une épidémie meurtrière en 2002-2003, mais se révèle plus contagieux, ont indiqué dimanche 26 janvier de hauts responsables sanitaires chinois.

"Pour autant, à ce que nous voyons à présent, cette maladie n'est (...) pas aussi puissante que le Sras", a déclaré Gao Fu, responsable du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, lors d'une conférence de presse à Pékin. Le Sras avait provoqué 774 morts dans le monde, dont 349 en Chine continentale et 299 à Hong Kong. 

Néanmoins, il apparaît que "la capacité de propagation du virus s'est renforcée", a nuancé à ses côtés Ma Xiaowei, patron de la Commission nationale de la Santé. Le nouveau virus a une période d'incubation pouvant aller jusqu'à deux semaines et "la contagion est possible durant la période d'incubation", a observé Ma Xiaowei, notant que "cela aussi est très différent du Sras".

Vous êtes à nouveau en ligne