Ces pays qui ont fait le choix de "re-confiner"

franceinfo

Le risque d'un relâchement des Français est sanitaire, mais pourrait également entraîner un "re-confinement". Certains pays ont déjà fait marche arrière ou l'envisagent. Alexandre Hebert nous en dit plus en plateau.

Beaucoup ont en effet pensé à la solution du "re-confinement", du moins à l'échelle locale. Le premier, c'est l'Allemagne avec la découverte de plusieurs nouveaux foyers de contamination dans plusieurs cantons, comme à Greiz à l'Est du pays. Le gouvernement allemand a décidé d'un seuil de contamination maximum par région, soit 50 infections pour 100 000 habitants sur sept jours. Au-delà, la région pourrait être totalement reconfinée. Situation similaire en Espagne où le déconfinement est très progressif. Barcelone et Madrid, les deux villes où le virus circule encore, sont exclues du dispositif.

"Re-confinement" effectif en Chine et au Japon

Au Japon en revanche, l'île d'Hokkaidō a fait totalement marche arrière. Elle avait été déconfinée le 19 mars, mais le 12 avril, les habitants ont été "re-confinés", car une seconde vague est arrivée. En Chine, 600 000 habitants ont été à leur tour "re-confinés" après la découverte d'un nouveau cas à Jia, à 800 kilomètres de Pékin. Le canton entier aurait été mis en quarantaine.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne