Calvados : le maire élu dans l'église, la mairie étant trop petite pour accueillir le conseil municipal

Le conseil municipal d\'Émiéville s\'est tenu sur les bancs de l\'église. (photo d\'illustration) 
Le conseil municipal d'Émiéville s'est tenu sur les bancs de l'église. (photo d'illustration)  (AURÉLIE LAGAIN / FRANCE-BLEU BREIZH IZEL)

Faute de place dans la mairie et dans la salle des fêtes, le conseil municipal d'installation d'Émiéville s'est tenu dans l'église de la commune pour respecter les mesures de distanciation. 

Le maire d'Émiéville (Calvados) a été investi ce lundi 25 mai dans l'église de la commune, la mairie étant trop étroite pour installer le conseil municipal en respectant les règles de distanciations physiques, rapporte France Bleu Normandie. Mais le préfet pourrait faire annuler l'élection du maire de ce village de 600 habitants.

>> Coronavirus : suivez les conséquences de la pandémie dans notre direct

La salle des fêtes n'était pas non plus disponible pour accueillir les 14 conseillers municipaux, car elle était déjà réquisitionnée pour l'école. Le maire Stéphane Amilcar, n'a donc trouvé que l'église, qui sert rarement : "Deux personnes par banc et un banc sur deux, on respecte largement les règles de distanciation sociale", explique-t-il. Il a présidé sur une petite table installée pour l'occasion, mais pas derrière l'autel. Le gel hydroalcoolique installé à l'entrée et pas dans le bénitier, comme les isoloirs dans la sacristie, mais pas le confessionnal, même si dans un éclat de rire, il avoue y avoir un peu pensé.

Une élection en suspens 

"Depuis la loi de séparation de l'Église et de l'État en 1905, l'édifice est un bâtiment communal que nous entretenons et qui nous coûte cher en électricité, eau, impôts fonciers...", rappelle Stéphane Amilcar. "L'an dernier, la mise aux normes pour l'accessibilité de l'église aux personnes handicapées a coûté 10 000 euros. "J'ai la copie de la facture sur mon bureau, je peux la leur donner s'ils se plaignent", prévient Stéphane Amilcar, qui rempile pour un deuxième mandat de maire. Il compte bien organiser un nouveau conseil municipal au même endroit vendredi 29 mai. "La République dans un lieu de culte, c'est atypique et ça me plaît bien !", conclut-il.

Mais ce mardi 26 mai, le diocèse de Bayeux-Lisieux explique dans un communiqué que l'évêché du Calvados s'est plaint de la situation au préfet, lequel pourrait faire annuler l’élection : "L’évêché rappelle que personne n’a le droit d’utiliser une église pour organiser une réunion à caractère non cultuel selon la loi, sans l’autorisation du curé. Même si la commune est propriétaire de l’église, c’est le curé qui en est affectataire. Dans le cas d’Émiéville, ce dernier a été totalement exclu malgré sa bonne volonté de vouloir trouver une solution. Devant cette utilisation manifestement illégale, l’évêché en a référé à Monsieur le Préfet."

Vous êtes à nouveau en ligne