Ça roule pour le vélo de fonction dans les entreprises

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à proposer à leurs salariés des vélos de fonction. L’entreprise prend en charge une partie du prix de la location du vélo électrique.

Pour inciter leurs salariés à revenir au travail, sans prendre de risques dans les transports en commun, sans passer des heures dans les bouchons, sans risquer d’être en retard, sans polluer et tout en se faisant du bien à la santé, la mode est au vélo d’entreprise, à la bicyclette – électrique, forcément – de fonction qui remplace avantageusement la voiture de fonction.

Une grande banque américaine a fait récemment parler d’elle, il s’agit de Morgan Stanley, qui emploie 130 personnes dans le très chic 8e arrondissement de Paris, en attribuant à plus du tiers de son personnel, un vélo électrique de fonction. Mais en réalité, depuis que les entreprises souhaitent voir revenir leur personnel au siège, elles sont des dizaines à lorgner vers cette solution et proposer à leurs salariés de pédaler plus ou moins gratuitement, pour la plupart dès la rentrée de septembre. Deux des principales sociétés qui se sont lancées dans le marché de la location-vente aux entreprises, en l’occurrence Zenride et Tim Sports, assurent discuter avec les plus grandes entreprises du CAC40, pour certaines basées à La Défense. Des noms circulent : Véolia, Microsoft, Euler Hermès, Havas Sport ou Kaufman & Broad. Toutes envisagent à très court terme de se doter de flottes de vélos d’entreprises. 

30 à 40 euros par mois pour un vélo haut de gamme 

La société de location propose un contrat de location sur une longue durée, trois ans. L’entreprise prend en charge 70% du prix de la location, et il reste au salarié 30% à payer, soit environ 30 à 40 euros par mois pour un vélo électrique haut de gamme, un casque, des antivols et une assurance. Sans compter parfois une formation à la circulation en ville, histoire de rassurer les futurs utilisateurs, déjà incités à la pratique par le développement des pistes cyclables en ville. Anne Hidalgo a ainsi promis que s’il elle était élue, elle pérenniserait à Paris les 50 kilomètres de pistes créées pendant la crise sanitaire.

Le vélo de fonction n’est pas considéré par l’Urssaf comme un avantage en nature. L’entreprise bénéficie d’une réduction de l’impôt sur les sociétés égale au quart de la location. Offrir un vélo de fonction, que le salarié va pouvoir continuer d’utiliser pendant ses weekends et ses vacances, est un petit plus original et il va dans le sens de la réduction de CO2 après laquelle courent de nombreuses entreprises. Sans compter que selon une étude produite par le Medef en 2015, un salarié qui pratique une activité physique voit sa productivité augmenter de 6 à 9%. Cela a aussi un effet positif sur l’absentéisme. Des bons arguments à opposer à ceux qui veulent à tout prix rester en télétravail.

Vous êtes à nouveau en ligne