"Bus Macron" : les cars délaissés par les voyageurs cet été

France 2

Considérablement affaibli par la crise du coronavirus, le géant français des autocars, Eurolines, filiale de FlixBus, est menacée de liquidation judiciaire. Cette menace de disparition est à l’image de l’état du secteur.

Avant d’entrer dans le car FlixBus, les voyageurs s’assurent d’être bien protégés. Avec la perspective d’espaces clos, de manque de distanciation, et du port du masque pendant plusieurs heures, les voyageurs délaissent les "bus Macron" depuis le début du confinement. En 2019, les car FlixBus étaient plein tous les jours à cette période de l’année. Cette année, les réservations se concentrent surtout sur les week-ends.

La moitié des villes habituelles desservies

La compagnie Blablabus, elle, ne dessert plus que 60 villes en France, contre 120 l’année dernière, mais elle se veut rassurante sur sa situation économique. "On est très sérieux sur le respect des mesures sanitaires, les vacanciers étant très friands de destinations française, on n’a pas d’inquiétudes pour cet été", assure Béatrice Dumurgier, Directrice générale des opérations de Blablabus. Pourtant, les spécialistes du secteur sont très pessimistes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne