BD, bande dessinée. Les images mémorables de la crise partagées en posts sur Twitter

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Sur Twitter, le compte "La Case" invite ses followers à poster les vignettes mémorables qui évoquent la crise que nous traversons. 

Images de confinement, de virus émergeant, d’épidémie galopante, les références à la situation catastrophique que connaît le monde ne manquent pas dans les bandes dessinées. 

Tintin et Astérix, encore et toujours

Tintin ne manque jamais de coller à la situation. Ici, Gabriel Daguet propose une image tirée de L’Étoile mystérieuse. Pas celle attendue de Philippulus, le prophète dérangé annonçant la fin du monde. Non, celle de Tintin et Milou pénétrant dans les locaux vides de l’observatoire. "Tout est étrangement calme et silencieux, dit Tintin. On dirait qu’il n’y a personne."

En écho à l’opération Résilience qui engage depuis le 25 mars l’Armée française en soutien à la population, La Case sur Twitter a posté l’arrivée de Tintin et Haddock à bord d’une berline bleue dans les montagnes syldaves au début d’Objectif Lune. Comme à son habitude, lors d’un contrôle, le capitaine bougonne : "Tonnerre de Brest ! Que se passe-t-il dans ce pays ? On se croirait en temps de guerre !..."

Pour notre part, nous avons choisi une case des aventures de Lefranc de Jacques Martin. Tirée du Mystère Borg, on y voit le héros à l’orée d’un village aux toits couverts de neige, quand deux hommes au loin l’interpellent pour le prévenir : "Une grave épidémie règne ici… les risques de contagion sont très grands". Une BD à l’ancienne qui flanquait une frousse bleue.

Bleu, comme la tache sur le visage du héros contemporain de Bilal dans l’album Bug, qui, quand on lui demande si on part en guerre, répond : "Je ne suis pas loin de le penser".

Et cette autre phrase de dialogue extraite du Cycle de Cyan de Bourgeon et Lacroix, daté de 1993 : "Le peuple est partagé mais il est versatile ! L’épidémie inquiète. Quelques discours enflammés et il se retourne contre nous."

Plus léger, le choix de cette avocate qui a ressorti de sa bibliothèque Obélix et compagnie. Le centurion Biscornus y apparaît en tenue pour le moins débraillée, en tricot de peau et mal rasé : "Oh, il faut dire que nous ne sortons pratiquement jamais. Alors, nous prenons nos aises." 

Francis le blaireau

En écho, l’image ce cette femme se sentant en sécurité chez elle dans le roman graphique Habibi de l’américain Craig Thomson : Home was safe.

Mais la plus formidable case de BD en ces temps de Covid-19 est sans doute celle puisée dans la série d’humour de Jake Raynal et Claire Bouillac : Francis le blaireau. "Panic, panic ! " Prêt à s’en mordre les doigts, Francis regarde l’écran de télévision où un flash spécial annonce "qu’un virus inconnu, d’une agressivité inédite jusqu’alors, se répand sur les cinq continents". Pas fier le Francis, pas loin de ressembler ici à un pangolin. Merci à Inspecteur Crouton, le pseudo du twittos qui a exhumé cela.

À retrouver au milieu de quelques dizaines d’autres images tout aussi pertinentes sur le compte Twitter La Case, tenu par quelques bédéphiles belges qui attendent vos propositions.

Vous êtes à nouveau en ligne