Avec la réouverture du téléphérique du Mont-Blanc, "on offre des conditions d'accès à des grands espaces", souligne le maire de Chamonix

Le téléphérique panoramique du Mont-Blanc.
Le téléphérique panoramique du Mont-Blanc. (LIONEL CARIOU / RADIO FRANCE)

Mais Éric Fournier redoute malgré tout une saison estivale calme en l'absence des touristes étrangers.

Avec la réouverture du téléphérique du Mont-Blanc, "on offre des conditions d'accès à des grands espaces", a déclaré samedi 16 mai sur franceinfo le maire de Chamonix, Éric Fournier. Le téléphérique de l'Aiguille du Midi et le train du Montenvers reprennent du service samedi, en respectant les règles de distanciation. Mais le maire de Chamonix redoute une saison estivale calme, "on n'aura notamment aucun étranger (…) la montagne d'été va énormément souffrir".

>> Suivez les dernières informations sur le déconfinement dans notre direct.

fraceinfo : La reprise des deux remontées emblématiques vers le Mont-Blanc, c'est un grand jour pour vous ?

Oui, c'est important parce que la reprise d'activité sur ces deux sites est très symbolique, très importante pour l'accès à la montagne. Et la montagne, comme la mer, c'est un espace de liberté. On offre des conditions d'accès à ces grands espaces dont on a bien besoin. On a besoin de prendre l'air et la montagne est un endroit rêvé pour ça. Le Montenvers et l'Aiguille du Midi permettront de donner ces accès à ceux qui le souhaitent. Pour le moment, dans un rayon de 100 km. On a beaucoup de place et l'idée c'est de faire en sorte de respecter toutes les normes de distanciation, il y aura une place sur deux dans le train du Montenvers, comme dans les transports publics. Les télécabines, c'est assez facile, vous avez une cabine par unité familiale, l'opérateur va animer et expliquer à chaque fois qu'on ne se groupe pas, on reste par personnes qui sont déjà ensemble initialement.

Pour les bennes, les gens qui n'ont pas de masque se voient distribuer un masque également à usage unique lorsqu'ils arrivent à la remontée mécanique. Éric Fournier, le maire de Chamonixà franceinfo

On essaye de faire ça également sur l'ensemble des chaînes de l'espace public et des équipements publics locaux chamoniards.

Est-ce qu'il y avait du monde à l'ouverture des remontées ?

Pour ce week-end, il y a un petit peu de monde. Mais de toute manière, l'idée, c'est de réguler, de faire en sorte, même quand on sera sur les moments de la haute saison touristique, qu'on n'ait jamais de problèmes avec tous les facteurs de distanciation, qu'on soit vraiment dans une montagne qui reste tout l'été "safe and clean" [sécurisée et propre] qui permet de montrer qu'on sait venir en montagne tout en respectant l'ensemble des règles et des gestes barrières qui resteront nécessaires. On sait qu'on n'aura notamment aucun étranger, que nos clientèles traditionnelles seront seulement partiellement présentes, donc on peut y venir en toute sérénité pour le moment.

Après une saison hivernale tronquée, misez-vous désormais sur une saison estivale plus importante que d'habitude, avec des vacances franco-françaises qui s'annoncent ?

Non, résolument pas. Je crois qu'il faut se rendre compte que, malheureusement, la montagne d'été va énormément souffrir. On est plutôt actuellement dans la résilience et l'adaptation à un modèle, mais on n'est résolument pas sur un modèle quantitatif. On le sait bien, le virus n'a pas disparu. Ce qu'on souhaite faire, c'est expliquer que tous les gestes barrières sont non seulement respectés, mais qu'on veut les amplifier sur tous nos sites touristiques.

Sur la montagne française, et notamment à Chamonix, on a 50% d'habitude de clientèle qui vient de l'international, cette clientèle ne sera pas présente et la clientèle française en elle-même ne compensera pas. Éric Fournier

Donc, je pense qu'on va avoir une montagne qui va être cet été relativement tranquille, et j'incite justement celles et ceux qui le veulent et qui veulent prendre un bol d'air pur et de tranquillité à venir. Ça sera un endroit rare, je pense, et une manière particulière de vivre ces espaces de liberté.

Vous êtes à nouveau en ligne