Audition d'Agnès Buzyn, dissolution de la CSI 93, enquête visant des dirigeants de LFI... "le 8h30 franceinfo" d'Alexis Corbière

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le député de Seine-Saint-Denis était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 1er juillet 2020. 

Alexis Corbière, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, était l'invité du "8h30 franceinfo", mercredi 1er juillet 2020. Audition d'Agnès Buzyn, dissolution de la CSI 93, enquête visant des dirigeants de LFI... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Renaud Dély. 

Agnès Buzyn "s'est défendue de manière très politique"

L'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn était entendue mardi 30 juin par la commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'épidémie de coronavirus. Elle "s'est défendue de manière très politique, plus que comme une professionnelle de la santé", juge Alexis Corbière. 

"On a l'impression qu’elle n'apporte pas d'explication de pourquoi il y a eu ces moments de trouble", notamment sur la question des masques, souligne le député LFI de Seine-Saint-Denis, pour qui Agnès Buzyn "tape un peu en touche"

"On a le droit de questionner la police"

La compagnie de sécurisation et d'intervention de Seine-Saint-Denis va être partiellement dissoute après l'ouverture de 17 enquêtes contre certains de ses policiers. "On a le droit de questionner la police sans être immédiatement un anti-flics et je trouve que le débat était étouffant dernièrement", réagit Alexis Corbière, député de ce département. 

Le débat est "souvent excité par des organisations syndicales qui ne veulent pas qu'on puisse interroger, critiquer la police et immédiatement qui réduisent le débat de manière caricaturale", poursuit l'élu La France insoumise. "Il est sain et bon qu'on s'interroge, qu'on ait vis-à-vis de la police une exigence d'exemplarité."

Paiement d'amendes par LFI : "Il n'y a pas d'affaire"

Une enquête préliminaire pour "abus de confiance" vise des dirigeants de La France insoumise, dont Jean-Luc Mélenchon. En cause, le paiement par le parti des amendes et dommages et intérêts auxquels ils ont été condamnés dans l'affaire de la perquisition au siège du mouvement en 2018. "Tout cela est parfaitement légal", assure Alexis Corbière.

"Quand vous êtes condamné au civil, ça peut être payé par un tiers", affirme Alexis Corbière. "À part la partie pénale que chaque personne concernée a payé de sa poche", "il est tout à fait normal que le mouvement La France insoumise soit venu à leur aide pour payer ces dommages et intérêts", poursuit le député.

En 2022, une candidature qui "remobilise les classes populaires"

"La question, si on veut battre Emmanuel Macron la prochaine fois, c'est comment on arrive à avoir une candidature qui remobilise l'électorat populaire", explique Alexis Corbière. "Sans les classes populaires, on a perdu", prévient-il.

Interrogé sur le candidat qui pourrait mener à cette victoire, le député remarque que "les victoires écologistes sont souvent marquées dans cet océan d'abstention, dans des villes qui sont riches". "La France insoumise et son programme n'est pas la plus mal placée pour porter", cette candidature souligne-t-il. 

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mercredi 1er juillet 2020 :

Vous êtes à nouveau en ligne