Annonces d'Édouard Philippe : la fin de l'union sacrée

FRANCE 2

Mardi 28 avril, Édouard Philippe va annoncer son plan pour le déconfinement à l'Assemblée nationale. Les différentes formations de l'opposition critiquent la méthode choisie par l'exécutif.

Ce devait être une séance parlementaire importante, mais pas à ce point-là. Mardi 28 avril, les députés et le gouvernement devaient discuter, puis voter au sujet de la mise en place de l'application StopCovid, qui doit permettre de contenir l'épidémie de coronavirus grâce aux données des téléphones des Français. Mais le Premier ministre a décidé qu'il prendrait à cette occasion la parole afin de présenter son plan pour le déconfinement, en vue du 11 mai, avant un vote.

"Un déni de démocratie"

Les oppositions critiquent un choix trop hâtif. "Nous ne pourrons être que 75 députés dans l'hémicycle, ce qui veut dire que si on vote tout de suite après, on ne pourra pas consulter les autres députés, on ne pourra pas faire un travail de fond en commission parlementaire. Pour nous, c'est un déni de démocratie", déplore Damien Abad, le président du groupe Les Républicains.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne