À Strasbourg, on prépare la réouverture des restaurants et des salles en particulier

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chaque jour, depuis le déconfinement, la France redémarre la machine, et tente de reprendre le cours d’une vie qui ne sera pas tout à fait comme avant. Tour d’horizon d’un pays qui repart, avec France Bleu.

Il ne reste guère plus qu’à gérer l’impatience. Dès mardi 2 juin, le pays va retrouver une activité presque normale. C’est le cas des restaurants, en zone verte, qui vont pouvoir rouvrir leurs portes mais surtout leurs salles et leurs terrasses, tout en respectant les distances de sécurité et en perdant le moins de tables possible. Un casse-tête. Clarisse tient une pizzeria à Strasbourg et elle va réduire son nombre de couverts. Et bien séparer les tables, comme elle l’a dit à France Bleu Alsace : "Il y aura une vitre avec un cadre que l'on fixera sous les poutres et cela fera une belle séparation que l'on pourra éventuellement laisser par la suite. J'espère surtout revoir mes clients, les habitués. Ça va faire du bien autant aux clients qu'à moi."

Depuis le déconfinement les magasins de vélo sont littéralement débordés. Il passent presque plus de temps au téléphone qu’à poser des rustines. Il faut dire que les 50 euros offerts par le gouvernement ne sont pas étrangers au phénomène et du coup, il y a beaucoup de nouveaux visages comme en témoigne Maryse au micro de France Bleu Champagne. Elle est la responsable de l’atelier Vél'Oxygène, à Reims : "On voit surtout des gens qui n'ont jamais mis les pieds ici. Il y a des vélos qui ont très peu de réparations à faire mais qui effectivement n'ont pas été utilisés et qui ont leurs pneus à plat. Mais il y en a d'autres où il y a plus de travail à faire."

Le drive pourrait perdurer dans les bibliothèques

Certaines nouvelles pratiques pourraient bien durer. C’est le cas dans les bibliothèques et les médiathèques qui ont rouvert leurs portes et où le drive est devenu la norme depuis le déconfinement, comme à Angoulême. Fini le temps où l’on flânait dans les allées, désormais il faut tout anticiper. "Les abonnés peuvent sélectionner les documents qu'ils souhaitent, vérifier leur disponibilité. Ils remplissent un formulaire ou nous téléphonent et choisissent un créneau et ils reçoivent un mail qui récapitule toutes les informations saisies. Nous traitons la commande dans les 48 heures en fonction du créneau sélectionné", explique au micro de France Bleu La Rochelle Olivier Noël, l’un des responsables du réseau des médiathèques d’Angoulême, en Nouvelle-Aquitaine. À Angoulême, comme ailleurs, les ouvrages sont d’abord désinfectés avant d’ëtre remis en circuit. Il faut dire que les prêts reviennent parfois avec plus de deux mois de retard, confinement oblige.

Vous êtes à nouveau en ligne