Les hôpitaux publics enregistrent en moyenne 23 jours d'absence par agent

Le centre hospitalier Louis-Raffalli de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) enregistre le plus haut taux d\'absentéisme en 2014.
Le centre hospitalier Louis-Raffalli de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence) enregistre le plus haut taux d'absentéisme en 2014. (MAXPPP)

"Le Figaro" a examiné les données de 329 hôpitaux français de plus de 300 employés.

L'absentéisme pose problème aux hôpitaux publics. Le Figaro révèle, mercredi 20 avril, que le personnel (hors médecins) des hopitaux publics français a cumulé en moyenne 23,8 jours d'absence en 2014. Pire : 22 établissements ont enregistré au moins 30 jours d'arrêts maladie de courte et de longue durée (hors congés maternité) par agent sur la même même année. L'étude du Figaro se fonde sur les données du site Hospi Diag, qui compile les statistiques de 329 hôpitaux français de plus de 300 employés.

Le centre hospitalier de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence), où le nombre d'absences a atteint 40 jours par agent en 2014, arrive bon dernier du classement. Les hôpitaux civils de Colmar (Haut-Rhin) font en revanche figure d'exception : ils n'ont cumulé, en moyenne, que 14 jours d'arrêts maladie par agent.

Des phénomènes régionaux ?

Certains responsables hospitaliers avancent la théorie du "particularisme régional" pour expliquer ces différences, rapporte Le Figaro. Ainsi, le personnel non médical des hôpitaux publics corses serait plus enclin à se faire porter pâle que celui des établissements alsaciens...

Les syndicats préfèrent toutefois écarter ces clichés régionaux et expliquer l'absentéisme par la difficulté du travail du personnel hospitalier, confronté à "la maladie et la mort, la charge de travail et les risques de burn-out". L'âge du personnel soignant pénalise aussi largement les centres hospitaliers car "les agents plus âgés s'arrêtent moins souvent, mais plus longtemps".

Les absences pourraient être liées au nombre de RTT

Selon Le Figaro, les hôpitaux les plus sollicités ne sont pas forcément ceux qui enregistrent le plus d'absentéisme. Seuls 5 établissements publics sur 22 remplissent plus de 90% de leurs lits dans une des trois activités de médecine, de chirurgie ou d'obstétrique. Le quotidien dénombre en revanche six hôpitaux qui ont un taux de remplissement de moins de 60% dans une ou plusieurs de ces branches.

Le Figaro relève en outre une corrélation entre l'absentéisme et le nombre de jours de RTT accordés aux employés. "Plus de jours à poser signifie davantage de chances de se voir refuser les dates souhaitées, souligne le quotidien. Certains agents choisissent alors de se 'mettre en arrêt' afin de pouvoir s'absenter aux dates voulues."

Les responsables hospitaliers dénoncent pour leur part un manque de "conscience collective". "Au quotidien, elle a disparu, laissant la place à un comportement individualiste que l'hôpital ne connaissait pas, estime Cécile Kanitzer, conseillère paramédicale à la Fédération hospitalière de France, interrogée par Le Figaro. Les agents n'hésitent donc plus à faire reposer sur leurs collègues présents le surcroît de travail lié à leurs absences."

Vous êtes à nouveau en ligne