Le surpoids et l'obésité stagnent en France, mais la maigreur chez les enfants progresse

Une femme se pèse sur une balance dans un cabinet médical, le 2 septembre 2008.
Une femme se pèse sur une balance dans un cabinet médical, le 2 septembre 2008. (HUMBERT / BSIP / AFP)

L'agence sanitaire Santé publique France a étudié l'évolution de la corpulence des Français depuis dix ans. Verdict : le pourcentage d'adultes et d'enfants obèses et en surpoids ne progresse plus. En revanche, le taux de maigreur est en augmentation chez les filles de 11 à 14 ans.

Esteban a dévoilé ses premières observations. Esteban est l'acronyme d'Etude de santé sur l'environnement, la biosurveillance, l'activité physique et la nutrition. L'un de ses volets est consacré à la corpulence des Français. Il sera prochainement complété par d'autres chapitres sur l'activité physique et les habitudes alimentaires. L'étude Esteban porte sur un échantillon de 2 467 adultes et 1 099 enfants. 

Pour mesurer l'évolution de la corpulence en dix ans, les chiffres qui portent sur 2015 ont été comparés à ceux d'une précédente étude de 2006. Les conclusions ont été publiées dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'agence sanitaire Santé publique France. Voici les principaux enseignements.

Surpoids et obésité stables chez les adultes et les enfants 

En France, surpoids et obésité sont moins élevés qu'aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, mais davantage qu'au Japon ou en Corée du Sud. Un peu moins de la moitié des adultes (49%) étaient en surpoids en 2015. Une statistique comparable à celle de 2006 (49,3%). L'obésité n'a pas non plus connu d'évolution significative : 17,2% en 2015 contre 16,9% en 2006. Même stabilité chez les enfants de 6 à 17 ans. En 2015, 16,9% étaient en surpoids et 3,9% obèses, contre 17,6% et 3,3% en 2006.

"Chez les adultes, c'est la première fois qu'on atteint une stabilité [du surpoids et de l'obésité]. Chez les enfants, c'est une confirmation", observe l'épidémiologiste Benoît Salanave, de l'unité de surveillance nutritionnelle de Santé publique France. Mais "on reste quand même à des niveaux importants" pour les deux catégories, souligne-t-il.

Surpoids et obésité sont mesurés selon l'indice de masse corporelle (IMC), obtenu en divisant le poids par la taille au carré. Au-dessus de 24,5 on est en surpoids et à partir de 30, on parle d'obésité.

Maigreur en progression chez les enfants et les filles

La maigreur a progressé chez les enfants, passant de 8% à 13%. Cette hausse touche particulièrement les filles de 11 à 14 ans. Dans cette catégorie, le taux de maigreur est quasiment multiplié par cinq en dix ans (de 4,3% à 19,6%).

"C'est un constat à nuancer. C'est essentiellement de la maigreur de grade 1 [juste sous les seuils de normalité], ce n'est pas de la maigreur pathologique, pas de l'anorexie", relève l'épidémiologiste Benoît Salanave. "Nous n'avons pas d'explication particulière, il faudrait creuser davantage et regarder par niveau socio-économique", ajoute-t-il.