Le Conseil de surveillance de l'AP-HP a voté mercredi une motion dénonçant une "réduction des moyens"

Siège parisien de l\'Assistance publique-Hôpitaux de Paris dont l\'institution est propriétaire, le 3 juillet 2010.
Siège parisien de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris dont l'institution est propriétaire, le 3 juillet 2010. (AFP/FRANCOIS GUILLOT)

Présentée par les élus PS, MM.Le Guen, Huchon et Missika, elle a été votée, selon la mairie de Paris, "lors de la séance du conseil de surveillance de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris consacrée à l'examen du Budget 2010 (état prévisionnel des recettes et des dépenses)".L'AP-HP estime avoir présenté un "budget exigeant mais réalisable".

Présentée par les élus PS, MM.Le Guen, Huchon et Missika, elle a été votée, selon la mairie de Paris, "lors de la séance du conseil de surveillance de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris consacrée à l'examen du Budget 2010 (état prévisionnel des recettes et des dépenses)".

L'AP-HP estime avoir présenté un "budget exigeant mais réalisable".

Cette motion "dénonce la réduction des moyens affectés à l'AP-HP, la suppression de plus de 800 emplois et la grande faiblesse de l'investissement; autant d'éléments qui sont contraires aux engagements réitérés par les pouvoirs publics et qui sont susceptibles de remettre en cause la qualité des soins".

Elle "considère que certains éléments budgétaires qui lui sont présentés sont susceptibles d'être affectés d'un aléa significatif (...). On peut donc craindre que le déficit s'avère plus important que prévu".

Selon la mairie de Paris, MM. Le Guen et Missika (adjoints au maire Bertrand Delanoë, M.Huchon étant président de la région Ile-de-France) souhaitent que les tutelles de l'AP-HP "prennent en compte ce vote des représentants des personnels, des usagers et des élus sur le budget 2010" et "mettent un terme à cette entreprise de fragilisation de l'hôpital public francilien".

Réaction de la direction de l'AP-HP
La direction de l'AP-HP a indiqué de son côté avoir présentéun "budget qui s'élève à 6.5 milliards d'euros", avec "un déficit prévisionnel de 94,5 millions d'euros". Et de préciser qu'"au titre de cet exercice budgétaire, la masse salariale devrait progresser de près de 1% et les dépenses à caractère médical de 3,7%".

"Ce budget, exigeant mais réalisable, prévoit une évolution de l'activité de 1% en hospitalisation complète et une quasi stabilité des recettes facturées à l'Assurance maladie", a-t-elle ajouté, en soulignant que l'AP-HP maintiendrait en 2010 "son niveau d'investissement à hauteur de 500 millions d'euros".

Le conseil de surveillance - composé de 15 membres - est une nouvelle instance hospitalière créée par la loi Bachelot de 2009, pour remplacer les conseils d'administration. Son rôle, surtout consultatif, est de se prononcer sur la stratégie de l'hôpital et de contrôler sa gestion. Il est composé, en outre, de cinq représentants des collectivités territoriales.

L'AP-HP, héritière d'un patrimoine imposant qu'elle cherche à alléger, vit actuellement une délicate restructuration.

Vous êtes à nouveau en ligne