Maladies non transmissibles : la prévention pourrait sauver 16 millions de vies par ans

Des joggeurs au Jardin des plantes, à Paris.
Des joggeurs au Jardin des plantes, à Paris. (MANUEL COHEN / AFP )

C'est la conclusion d'un rapport de l'Organisation mondiale de la santé publié lundi.

Les maladies non transmissibles, comme le cancer ou le diabète, provoquent 38 millions de décès par an. Et parmi eux, 16 millions pourraient être évités par des mesures préventives, estime un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) publié lundi 19 janvier.

"En investissant entre un et trois dollars par an et par personne, les pays pourraient fortement diminuer le nombre de patients et de décès dus à ces maladies non transmissibles", a déclaré Margaret Chan, directrice générale de l'OMS, en présentant ce rapport.

Politiques antitbac, anti-alcool

En 2000, 14,6 millions de personnes sont décédées prématurément des suites de maladies non transmissibles, faute de prévention. Ce chiffre a augmenté et est passé à 16 millions en 2012, ajoute l'OMS.

Mais les choses pourraient commencer à changer en 2015. Cette année, chaque pays devrait se fixer des objectifs pour la mise en œuvre de mesures préventives, faute de quoi, "des millions de vie seront à nouveau perdues trop tôt", a poursuivi la directrice générale de l'OMS.

L'organisation estime que le nombre de décès prématurés pourrait être réduit par des politiques antitabac, anti-alcool, et en faveur d'activités physiques et sportives. L'OMS encourage surtout les pays à revenu moyen à engager de telles politiques, car les décès dus à des maladies non transmissibles y sont supérieurs à ceux liés à des maladies infectieuses. Près des trois-quarts de l'ensemble des décès dus à des maladies non transmissibles, soit 28 millions, surviennent dans les pays à revenu faible et moyen.

Vous êtes à nouveau en ligne