La pleine lune perturberait le sommeil

La pleine lune veille sur Lisbonne (Portugal), le 23 juin 2013.
La pleine lune veille sur Lisbonne (Portugal), le 23 juin 2013. (ARMANDO FRANCA / AP / SIPA )

Selon une étude, nous mettrions cinq minutes de plus pour nous endormir et dormirions vingt minutes de moins pendant cette phase de l'astre.

Avez-vous mal dormi dans la nuit du lundi 23 au mardi 24 juillet ? Si c'est le cas, la faute en revient peut-être à la pleine lune. Dans une étude publiée jeudi dans la revue Current Biology (en anglais), des chercheurs suisses affirment en effet détenir la première preuve scientifique de l'influence du cycle lunaire sur le sommeil.

Dirigés par le professeur Christian Cajochen, de l'hôpital psychiatrique universitaire de Bâle, ils ont contrôlé l'activité cérébrale de 30 volontaires, leurs mouvements oculaires et mesuré leurs sécrétions hormonales. Conclusion : la qualité du sommeil change avec les cycles lunaires.

Vingt minutes de sommeil en moins

Lors de la pleine lune, l'activité cérébrale liée à la phase profonde du sommeil diminue de 30%. L'on met cinq minutes de plus pour s'endormir et l'on dort vingt minutes de moins, précisent les auteurs.

Les participants à l'expérience ont estimé que leur sommeil a été de moins bonne qualité pendant la pleine lune et avaient de plus bas niveaux de mélatonine, une hormone qui régule le sommeil et les cycles de veille.

L'influence lunaire est bien connue sur les animaux, notamment marins, chez qui le clair de lune régule les comportements de reproduction, rappellent les chercheurs. Mais cette étude montre que "le cycle lunaire semble avoir une influence sur le sommeil humain, même si on ne voit pas la Lune et qu'on ne sait pas" qu'elle est pleine.

Vous êtes à nouveau en ligne