La Cour des comptes accuse l'Etat de "complicité" dans les morts liées à l'alcool

Une dégustation de vin à Margaux (Gironde), le 26 décembre 2015.
Une dégustation de vin à Margaux (Gironde), le 26 décembre 2015. (PHILIPPE ROY / AFP)

Un rapport de la Cour des comptes remet en cause la norme sur le nombre de verres d'alcool acceptables par personne.

La Cour des comptes accuse l'Etat de "complicité" dans la mort de 49 000 personnes chaque année. L'institution estime, dans un rapport qui doit être rendu public mercredi, que les autorités sont "complaisantes" avec le problème de l'alcool en France, révèle Europe 1, lundi 13 juin.

Le rapport remet en cause le nombre de verres par jour considéré comme acceptable par les autorités sanitaires, établi à quatre pour les hommes et trois pour les femmes. Selon la Cour des comptes, le risque de cancer augmente dès le premier verre d'alcool. Il serait donc criminel de conseiller d'en "consommer avec modération".

Pas assez de contrôles au volant

Le rapport critique également le faible investissement de l'Etat dans la recherche médicale sur les effets de l'alcool et les failles de la prévention sur l'alcool au volant. Les contrôles avec des éthylotests, très coûteux, sont rarement effectués, pointe la Cour des comptes. L'alcool est pourtant la première cause de mortalité routière.

Le rapport alerte sur le risque de voir une ou plusieurs victimes attaquer la France en justice pour sa passivité à dénoncer les dangers de l'alcool. Des procès ont déjà été intentés contre les fabriquants de cigarettes par des malades atteints de cancer du poumon. Ils ont finalement obtenu gain de cause, rappelle Europe 1.