L'Etablissement français du sang en quête perpétuelle de nouveaux donneurs

Profesionnel de la santé tenant une poche de sang. 
Profesionnel de la santé tenant une poche de sang.  (ODILON DIMIER / ALTOPRESS)

Chaque année, l'Etablissement français du sang perd 170 000 donneurs pour cause de limite d'âge fixée à 70 ans. Les explications du président de l'EFS, François Toujas. 

Les produits sanguins ont une durée de vie limitée : cinq jours pour les plaquettes et 42 jours pour les globules blancs. C'est pour cela que l'EFS (Établissement français du sang) a besoin de disposer de suffisamment de donneurs chaque jour pour répondre à la demande. 

En France, la moyenne d'âge des donneurs est de 42 ans mais il faut trouver de nouveaux volontaires car beaucoup partent, atteints par la limite d'âge de 70 ans. Le président de l'EFS, François Toujas, constate que "tous les ans, environ 170 000 donneurs sortent de [notre] fichier". La conséquence directe est que "nous devons attirer de nouveaux donneurs de la partie la plus jeune de la population". 

L'enjeu pour l'EFS est de les faire venir mais aussi de les fidéliser.François Toujas à franceinfo

Le président de l'Etablissement français du sang souhaite tout particulièrement insister sur "le pouvoir que chacune et chacun ont (...) en donnant [leur] sang, de sauver des vies". Deux conditions sont requises pour donner son sang, dès l'âge de 18 ans : peser plus de 50 kg et être en bonne santé. C'est pour cela que tout donneur remplit un questionnaire médical, mais est aussi reçu par un médecin : pour garantir sa sécurité et celle du receveur.