L'Assemblée vote l'expérimentation de "salles de shoot"

(Les salles de shoot sont prévues pour les toxicomanes majeurs © Maxppp)

Après quatre heures de vifs débats, les députés ont adopté ce mardi la controversée expérimentation de salles de consommation de drogue à moindre risque, appelées "salles de shoot". Une mesure de la loi sur la santé.

La France autorise les salles de shoot. Ce mardi, l'Assemblée nationale a adopté l'article 9 du projet de loi sur la santé qui permet l'expérimentation des salles de consommation de drogue à moindre risque. Il a été accepté à 50 voix contre 24 et les débats, très vifs, ont duré pendant quatre heures. L'expérimentation, très critiquée, pourra être testée pendant six ans maximum et sera d'abord proposée à Paris, Bordeaux et Strasbourg.

Ces salles seront gérées par les professionnels des centres d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques chez les usagers de drogue (CAARUD) où est autorisée la consommation des substances illicites sous la supervision d'une équipe pluridisciplinaire. Elles sont destinées à accueillir des toxicomanes majeurs qui se droguent dans des conditions d'hygiène précaires, souvent dans la rue.

 Pour la ministre de la Santé, Marisol Touraine, l'objectif "n'est pas de banaliser, de faciliter la consommation de drogue mais de prendre en compte des situations qui existent, qu'on les supporte ou pas, qu'on les voie ou pas ". Selon elle, on compte en France plus de 80.000 usagers de drogue par voie intraveineuse et 100 morts par overdose chaque année. "Ca n'est pas en faisant tomber un voile noir sur cette réalité sociale qu'on fera en sorte que cette réalité n'existe pas ", a dit la ministre devant l'Assemblée.

 

Vote de l'expérimentation de "salle de shoot" : le reportage de Solenne Le Hen à l'Assemblée nationale
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne