L'alcool et le tabac coûtent 240 milliards d'euros par an à l'Etat

Le coût social de l\'alcool et celui du tabac sont à peu près équivalents, soit 120 milliards d\'euros chacun.
Le coût social de l'alcool et celui du tabac sont à peu près équivalents, soit 120 milliards d'euros chacun. (MARK DOUET / GETTY IMAGES)

Un rapport évalue le coût des vies humaines perdues ou handicapées à cause de l'usage du tabac, de l'alcool et des drogues illicites.

Boire et fumer sans modération, cela nuit aussi aux finances publiques. Les drogues, qu'elles soient illicites ou licites, représentent un "coût social" de 250 milliards d'euros par an pour les finances de l'Etat, selon le professeur Pierre Kopp, auteur d'un rapport financé par la Direction générale de la santé et publié par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies.

Ce rapport évalue le coût des vies humaines perdues ou handicapées à cause de l'usage du tabac, de l'alcool et des drogues illicites, des comportements antisociaux, des violences et de la perte de production liés à cet usage, ainsi que les dépenses publiques de prévention, de répression et de soins.

Un tiers du déficit budgétaire

Le coût social de l'alcool et celui du tabac sont à peu près équivalents, soit 120 milliards d'euros chacun, suivi de très loin par celui des drogues illicites (8,8 milliards), conclut-il à partir de données relatives à l'année 2010. Cette année-là, le nombre de consommateurs d'alcool à risque était en France de 3,8 millions et celui des fumeurs quotidiens de 13,4 millions, alors que le nombre de consommateurs réguliers de drogues illicites était évalué à 300 000.

Selon des données sanitaires de 2010, plus de 800 000 années de vie ont été perdues en raison des pathologies liées à la consommation d'alcool, plus de 680 000 à cause du tabagisme et plus de 40 000 à cause de l'usage de drogues illicites. En 2010, les dépenses nettes de l'Etat liées aux drogues se sont élevées à 22 milliards d'euros, dont près de cinq milliards pour l'alcool, près de 15 milliards pour le tabac et plus 2,3 milliards pour les drogues illicites. Cela représente 5,8% des dépenses publiques, soit près d'un tiers du déficit budgétaire.