L'alcool est l'une des premières causes d'hospitalisation en France

L\'alcool est l\'une des premières causes d\'hospitalisation en France, selon une étude publiée le 7 juillet 2015 par l\'Institut de veille sanitaire.
L'alcool est l'une des premières causes d'hospitalisation en France, selon une étude publiée le 7 juillet 2015 par l'Institut de veille sanitaire. (KLAUS OHLENSCHLÄGER / PICTURE ALLIANCE / AFP)

Le nombre d'hospitalisations liées à l'alcool a augmenté de 11,3% entre 2006 et 2012.

L'alcool est l'une des premières causes d'hospitalisation en France, selon une étude publiée mardi 7 juillet dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'Institut de veille sanitaire (InVS). Les professeurs François Paille et Michel Reynaud, deux addictologues mandatés par le ministère de la Santé, ont compilé l'ensemble des admissions en 2012 et ont conclu que l'alcool serait responsable d'environ 5 millions des hospitalisations.

Francetv info revient sur cette étude en trois chiffres importants.

Les hospitalisations à cause de l'alcool en hausse de 11,3% en six ans

L'alcool est responsable de plus de 580 000 hospitalisations en 2012, dans les services de médecine générale, de chirurgie et d'obstétrique. Soit 11,3% de plus qu'en 2006, selon l'étude de l'InVS.

Plus de 2,7 millions de journées d'hospitalisations en psychiatrie sont en outre liées à la consommation d'alcool, soit 10,4% du nombre total de journées dans ces services. Dans les Services de soins de suite et de réadaptation (SSR), les hospitalisations pour surconsommation d'alcool concernent 5,6% de l'activité totale, soit plus de deux millions de journées.

L'augmentation des hospitalisations pour alcoolisation aiguë a concerné plutôt des adultes d'âge mûr (43 ans de moyenne d'âge) entre 2006 et 2012 alors qu'elles sont restées stables chez les plus jeunes (moins de 24 ans) malgré l'augmentation du phénomène de "binge drinking" (beuverie express) chez ces derniers, selon l'étude.

49 000 morts liées à l'alcool chaque année

L'alcool est la deuxième cause évitable de mortalité prématurée en France, avec 49 000 morts par an, derrière le tabac (78 000 morts). Il est responsable d'autres décès, qui n'apparaissent pas dans les statistiques faute d'être correctement signalés lors du séjour.

"Les cancers (gorge, foie, œsophage, etc.) sont la première cause de mortalité due à l'alcool", ajoutent ainsi les deux signataires de l'étude, qui évoquent "15 000 décès par an". Quelque "8% de la mortalité cardiovasculaire, soit 12 000 morts par an, sont attribués à l'alcool."

Un coût estimé à 2,64 milliards d'euros

Les hospitalisations liées à la surconsommation d'alcool, dans les services de médecine, de chirurgie et d'obstétrique, représentent un coût de 1,22 milliard d'euros en 2012. Au total, "le coût estimé s'élève à près de 3,6% de l'ensemble des dépenses hospitalières en 2012", selon l'étude. Soit une facture de 2,64 milliards d'euros pour cette seule année.

Mais le coût réel serait "sous-estimé", puisque certaines pathologies dues à l'alcool, comme les cancers et les maladies cardiovasculaires, ne sont pas comptabilisées. Le coût sanitaire et social total serait en fait "de l'ordre de 20 milliards d'euros par an", selon le professeur François Paille, addictologue au CHU de Nancy et co-auteur de l'étude.

L'essentiel de ces dépenses sont liées aux complications de l'alcool, comme la cirrhose, les troubles neurologiques et cardiovasculaires ou encore les accidents. Selon l'étude, cinq fois plus de patients sont admis pour des complications que pour la seule dépendance à l'alcool. Des hospitalisations qui pourraient être évitées si les patients étaient pris en charge plus tôt, expliquent les deux addictologues.

Vous êtes à nouveau en ligne