Chikungunya : quatre personnes ont été infectées par le virus à Montpellier

Un moustique tigre, responsable de la transmission du virus chikungunya.
Un moustique tigre, responsable de la transmission du virus chikungunya. (UNIVERSAL HISTORY ARCHIVE / GETTY IMAGES)

Selon les informations de France 3 Languedoc-Roussillon, les malades ont été piqués par un moustique tigre dans le centre-ville de Montpellier. ll s'agit des premiers cas autochtones décelés cette année.

Quatre personnes sont actuellement atteintes du virus du chikungunya à Montpellier (Hérault), révèle France 3 Languedoc-Roussillon, mardi 21 octobre. Ces quatre personnes ont été contaminées après avoir été piquées par un moustique tigre dans le centre-ville de Montpellier (Hérault). Selon les statistiques de l'Institut de veille sanitaire (INVS), il s'agit des premiers cas autochtones décelés cette année.

> Comment se protéger du chikungunya ?

Une surveillance renforcée a été mise en place en France métropolitaine depuis le 1er mai 2014 face à cette "maladie de l'homme courbé", qui se manifeste par de fortes fièvres et de violentes douleurs articulaires. Au 17 octobre, 409 cas de chikungunya importés ont été recensés dans l'Hexagone par l'INVS, dont six où une infection de dengue a également été notée. Des cas autochtones ont cependant déjà été recensés, en 2010, dans le sud de la France, précise l'Institut Pasteur.

L'Agence régionale de santé (ARS) doit donner une conférence de presse dans l'après-midi, pour communiquer davantage d'informations sur l'état de santé de ces quatre malades.

Vous êtes à nouveau en ligne