Services de pédiatrie d'Ile-de-France : les choix de postes des internes annulés, la procédure va être relancée

Un enfant se fait vacciner à Réalmont, dans le Tarn, le 22 mai 2019.
Un enfant se fait vacciner à Réalmont, dans le Tarn, le 22 mai 2019. (GARO / PHANIE / AFP)

Une nouvelle répartition des postes va être proposée aux internes, pour limiter un risque de "crise sanitaire" qui inquiète les services de pédiatrie.

Plus d'une vingtaine de chefs de services de pédiatrie franciliens s'étaient alarmés, d'un risque de "crise sanitaire". La procédure de choix pour les internes de médecine générale va donc être relancée, afin d'éviter une pénurie dans les services de pédiatrie d'Ile-de-France cet hiver, a annoncé l'Agence régionale de santé (ARS), lundi 21 octobre. Les chefs de services estimaient que la répartition des internes de médecine générale avait été décidée "sans tenir compte des besoins des hôpitaux, notamment ceux les plus éloignés du centre de Paris".

La situation laissait "168 postes d'interne de médecine générale non pourvus dans des services de pédiatrie, alors que le semestre d'hiver est le plus chargé en raison des épidémies hivernales (bronchiolites, grippes, gastro-entérites)", estimaient ces médecins. Les résultats de la procédure de choix des internes, finalisés le 9 octobre, "laissaient craindre des tensions fortes dans certains services de pédiatrie", notamment "en petite et grande couronne", a reconnu l'ARS Ile-de-France dans un communiqué.

"Une atteinte au principe d'égalité"

L'organisme public a découvert lundi "qu'un interne avait pu choisir un poste alors qu'il avait d'ores et déjà validé ses six semestres d'internat de médecine générale", privant ainsi "mécaniquement" une autre personne de cette place. L'ARS y a vu un incident "constitutif d'une atteinte au principe d'égalité", qui justifie "la relance de la procédure de choix" de ces internes.

Le directeur général de l'ARS, Aurélien Rousseau, a donc convoqué pour mardi une commission qui devra "proposer une nouvelle répartition des postes permettant que les hôpitaux de petite et grande couronne disposent d'un plus grand nombre d'internes de médecine générale en pédiatrie". Le temps presse : le semestre d'hiver commence début novembre. "Consciente de la difficulté potentielle pour certaines internes de se rendre disponibles" dans "des délais extrêmement serrés", l'ARS "va faciliter la procédure de choix par procuration", indique-t-elle dans son communiqué.

Vous êtes à nouveau en ligne