Santé : la récupération accélérée après chirurgie pour rendre les patients plus autonomes

France 2

Le CHU de Strasbourg (Bas-Rhin) s’appuie sur la récupération accélérée après chirurgie (Raac) pour permettre à ses patients de quitter le plus vite possible l'hôpital après leurs opérations. Un dispositif qui fait ses preuves.

Sortir au plus vite de l’hôpital, c’est l’objectif de bon nombre de patients. Au CHU de Strasbourg (Bas-Rhin), Pr Jean-Yves Jenny, chirurgien orthopédiste, permet à ceux qu’il opère de regagner très rapidement leur domicile. "Classiquement, les patients restaient une semaine à l’hôpital et partaient en centre de rééducation ensuite, avant de rentrer chez eux. Actuellement, on essaye de les faire rentrer chez eux dans les semaines qui suivent l’intervention et dans un nombre non négligeable de cas, le jour même", confie le spécialiste.

La France en retard sur les pays du Nord

Pour réussir à rendre les patients plus autonomes, l’équipe a supprimé une partie des médicaments donnés habituellement. Elle évite également de leur faire faire un jeûne prolongé avant l’opération et ajoute une anesthésie locale contre la douleur. Les jeunes opérés sont invités à marcher tout de suite après leur sortie du bloc opératoire. "Dès qu’ils sortent du lit et qu’ils sont capables de se tenir debout, qu’ils se sentent bien à la verticale, on peut avancer les pieds", explique Geneviève Walter, kinésithérapeute. D’après une étude, sur 1 100 patients opérés d’une prothèse de la hanche, la durée de séjour grâce à la Raac (récupération accélérée après chirurgie) est de 3,3 jours en moyenne, contre 7,5 d’habitude. Le taux de réhospitalisation est de 3,8% contre 13,2% dans la base nationale. À noter que la France est en retard sur la Raac par rapport aux pays du Nord, qui la développent depuis les années 1990.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne