"On est au pied du mur !': la Fédération hospitalière en appelle à Emmanuel Macron pour sauver l’hôpital public

Manifestation devant le ministère de la Santé, le 11 juin 2019, à Paris.
Manifestation devant le ministère de la Santé, le 11 juin 2019, à Paris. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France, qui regroupe plus de 1 000 hôpitaux, appelle Emmanuel Macron à avoir "un peu de courage politique", pour sauver l'hôpital public alors que les soignants manifestent ce jeudi.

L'hôpital public est "à l'os", et "il est temps d'avancer et de secouer le cocotier", alerte sur franceinfo jeudi 14 novembre Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France (FHF) qui regroupe plus de 1 000 hôpitaux. "C'est l'ensemble du système de santé qu'il faut reprendre", plaide le maire Agir de Fontainebleau. "On est au pied du mur" et "l'hôpital ne peut pas être la variable d'ajustement du fonctionnement général du système de santé". Il appelle Emmanuel Macron à avoir "un peu de courage politique", pour sauver l'hôpital public alors que les soignants manifestent jeudi.

franceinfo. Quelle est la première urgence pour sauver l'hôpital ?

Frédéric Valletoux. L'hôpital public ne tient plus qu'à un fil et il tient par l'engagement du personnel. On a mis l'hôpital dans une telle mécanique d'économies depuis 10 ans qu'on peut estimer qu'on est à l'os et qu'il faut sortir de cette logique d'économie pour les économies. D'abord, parce que les hôpitaux ont fait ces économies : 10 milliards d'euros ces 15 dernières années. On a été au rendez-vous des restructurations. Aujourd'hui, c'est la qualité des soins et l'engagement des personnels qui est en cause. Il est temps d'en prendre conscience, l'hôpital est un bien précieux. Les gens sont fiers d'y travailler, mais il faut exprimer les difficultés quand il y en a et là on y est.

Combien faut-il pour sauver l'hôpital public ?

Pèse sur l'hôpital les dysfonctionnements du système de santé. La crise des urgences, ce n'est pas la crise d' l'hôpital. C'est la crise de la médecine de ville, les difficultés à accéder à un cabinet de généralistes et donc les gens vont vers les urgences. C'est l'ensemble du système de santé qu'il faut reprendre. On ne va pas changer les choses en claquant les doigts, en quelques semaines. Mais, en attendant que les effets de cette réforme soient mises en place, il faut donner les moyens à l'hôpital, déjà débloquer plus de 300 millions d'euros pour l'année prochaine, pour que l'hôpital soit mieux accompagné et qu'on engage les réformes de fond attendues. Emmanuel Macron ne peut pas dire qu'il y a 30% des dépenses de santé en France qui sont sans doute des dépenses inutiles et ne pas s'attaquer à la régulation de ces dépenses inutiles. Il faut maintenant agir.

Quelles sont ces dépenses inutiles ?

Il s'agit des dépenses redondantes, des actes de confort, parce que dans un système de la médecine financé à l'acte, on va chercher de la rémunération en poussant un peu les actes. Est-ce toujours utile de faire tels ou tels examens ? Cela va bousculer quelques habitudes, mais on plaide pour que ces réformes soient faites. Diminuer de 1% les dépenses de santé, c'est économiser un milliard d'euros. Il faut avoir un peu de courage politique. Mais maintenant on est au pied du mur. Il faut s'attaquer aux vraies réformes pour sauver l'hôpital. L'hôpital ne peut pas être la variable d'ajustement du fonctionnement général du système de santé.

Comment remotiver l'épuisement des soignants ?

Ils sont épuisés, mais ils continuent de travailler. L'engagement des personnels hospitaliers est fort, mais à un moment, cela ne suffit pas. Il faut mieux accompagner les carrières, poser la question de l'écart des rémunérations. Est-ce que dans un système de santé français on peut accepter que pour un médecin qui a la même spécialité, un radiologue par exemple, entre le public et le privé, il peut gagner du simple ou triple. Il faut de la transparence sur les rémunérations et faire que le système de santé serait moins injuste sur le plan des traitements pour que l'hôpital reste attractif. Agnès Buzyn [la ministre de la Santé] s'engage, mais elle s'affronte à la citadelle de Bercy. Il y a des arbitrages. C'est à Emmanuel Macron de trancher. Il a fait un discours très volontariste, il y a un an. Mais la technocratie a fait en sorte que les objectifs énoncés il y a un an ne sont toujours pas mis en œuvre, notamment la régulation, et la chasse aux actes inutiles. Il est temps d'avancer et de secouer le cocotier.

Vous êtes à nouveau en ligne