L’invité : Francis Théodore, psychiatre

Le deuxième invité de ce Soir 3 du vendredi 8 juin est Francis Théodore. Psychiatre honoraire des hôpitaux et ancien chef de service, il revient sur la situation des hôpitaux psychiatriques en France.

La grève du personnel soignant à l’hôpital du Rouvray (Seine-Maritime) a mis en lumière certains problèmes qui touchent ce domaine en France. Le psychiatre Francis Théodore revient sur le sujet dans ce Soir 3. Cette grève témoigne-t-elle d’un certain malaise dans la discipline ? "Je pense que dans une discipline qui est souvent silencieuse, l’histoire du Rouvray est exemplaire. C’est avec beaucoup de plaisir que je vois un mouvement aboutir et voir un hôpital sortir du marasme", dit-il. "C’est très illustrant. La psychiatrie est quelque chose qui se fait avec son corps, son cœur et la parole. Les gens qui ont mis leur corps en danger pour défendre les patients sont des gens qui montrent un exemple qui devient efficace, et j’espère que cela fera tache d’huile", précise Francis Théodore à propos du mouvement qui a eu lieu au Rouvray.

Problème global

Mais alors quels sont les maux de la psychiatrie ? "La psychiatrie souffre de beaucoup de choses, comme un défaut de représentation, de notoriété. (…) Il y a aussi la stigmatisation des populations qui fait peur, mais les choses se sont améliorées", explique le psychiatre. Plus globalement, selon lui, c'est la prise en charge des patients qui pose problème en France : "on a quitté les trente glorieuses du développement de la santé, et on est arrivés à une situation sanitaire de pénurie. Là où on peut faire des économies, c‘est le personnel".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne