INFO FRANCEINFO. Un collectif d'urgentistes de l’hôpital de Valence interpelle les députés sur leurs conditions de travail "dangereuses"

Capture écran du clip du collectif Y a de la colère dans le cathéter, diffusé en avril sur YouTube.
Capture écran du clip du collectif Y a de la colère dans le cathéter, diffusé en avril sur YouTube. (CAPTURE ECRAN / COLLECTIF Y A DE LA COLERE DANS LE CATHETER)

Tout l'hôpital est en grève générale ce jeudi pour dénoncer le manque de moyens. Le collectif "Y'a la colère dans le cathéter" a également publié une lettre ouverte, que franceinfo a pu se procurer.

Le collectif "Y'a la colère dans le cathéter" du service des urgences de Valence, dans la Drôme, adresse jeudi 2 mai une lettre ouverte aux députés, que franceinfo s’est procurée en exclusivité. Le personnel soignant, en grève depuis le 27 mars, entend alerter sur les conditions "scandaleuses et dangereuses" dans lesquelles ils disent recevoir leurs patients faute de moyens suffisants. Une journée de grève générale, avec les autres services, a d'ailleurs lieu jeudi dans l'hôpital de Valence. 

Une lettre ouverte et une chanson

"Quel sera le nom du ministre qui décrétera la privatisation définitive des soins ?" s'inquiètent les signataires, parmi lesquels des infirmiers, des médecins ou encore des aides-soignants. Selon eux le "système s’abîme". Les soignants en appellent aux élus :"Votre absence de prise de position vous rend complices du délitement de l’hôpital public". 

À compter de cette année, 30 lits doivent être supprimés ainsi que 50 postes paramédicaux. L'objectif de la direction est de retrouver l'équilibre financier, ce qui se fait au détriment des patients selon Charlène Tomasi, infirmière aux urgences. "Ils vont rester dans notre service aux urgences, ce sont des patients qui vont rester sur un brancard pendant 24 ou 36 heures, on ne sait pas combien de temps."

"Nous, soignants travaillant à l’hôpital public, en sommes fiers. Nous avons la certitude d’appartenir à un des systèmes de santé des plus humanistes. Nous voulons le défendre, le faire perdurer, le faire vivre, quand vous l’abandonnez", affirment les signataires de la tribune. Dans cette missive, ils détaillent leurs conditions de travail : "Nos locaux sont sous-dimensionnés, le matériel est rationné, le personnel sous-évalué et sous-estimé, les patients ne sont plus considérés. Nous devons courir après le temps au détriment de l’humain que nous sommes et que sont nos patients", déplorent-ils.

En avril, le collectif avait signé une chanson pour alerter sur les conditions de travail. Malgré plusieurs millions de vues sur les réseaux sociaux, rien n'a changé explique Anthony Prost. Le médecin urgentiste estime que le service public de santé est abîmé. "C’est pourtant le service public de santé qui est abîmé. On se pose parfois la question dans la destruction progressive du système, est-ce qu'il y a une volonté de privatisation au final ?"

On voit des choses vraiment difficiles tous les jours qui relèvent plus de prise en charge dans des pays en voie de développementAnthony Prostà franceinfo

Les soignants réclament de pouvoir "retravailler avec dignité, dans le respect de l’autre". Les dernières annonces d’Emmanuel Macron sur la santé n’ont pas rassuré les personnels des urgences. Elles ont même inquiété les autres services de l’hôpital qui ont décidé d’une grève générale jeudi. 

Vous êtes à nouveau en ligne