Hôpitaux : "Je n'ai pas peur de dire qu'il faut rouvrir des lits", affirme Olivier Véran

Olivier Véran, le ministre des Solidarités et de la Santé sur France Inter, le 18 février 2020.
Olivier Véran, le ministre des Solidarités et de la Santé sur France Inter, le 18 février 2020. (FRANCEINTER / RADIOFRANCE)

Le nouveau ministre de la Santé annonce vouloir consulter tous les professionnels pour les "associer aux prises de décisions".

Olivier Véran a succédé lundi à Agnès Buzyn comme ministre des Solidarités et de la Santé et réagissait mardi 18 février sur France Inter au sujet du futur plan hospitalier. "Je n'ai pas peur de dire qu'il faut rouvrir des lits partout où c'est nécessaire", a-t-il affirmé. 

"Je pense que les choses ne vont pas et qu'il faut pouvoir les changer, a poursuivi Olivier Véran. Il y a un plan très important qui a été proposé pour l'hôpital, 150 millions d'investissements maintenant et 10 milliards de reprise de dettes. Mais derrière, il y a quoi ? Il y a, en effet, des endroits où nous devons rouvrir des lits."

Une "très grande consultation" pour un "diagnostic précis"

"Ce diagnostic est à faire avec les professionnels car on ne peut pas faire sans eux et on ne peut pas faire à leur place", a-t-il ajouté. "Je veux les associer aux prises de décisions." 

Je veux que ceux qui se lèvent ce matin pour aller à l'hôpital, ou qui nous écoutent depuis la salle de pause de leur service hospitalier, sachent que ces 10 milliards sont pour eux.Olivier Véran, nouveau ministre de la Santéà France Inter

"Je veux d'abord organiser une très grande consultation du plus grand nombre d'acteurs, je veux pouvoir poser la question à chaque médecin, à chaque aide-soignant, à chaque brancardier, à chaque directeur de pôle", a détaillé le ministre, tablant sur "une poignée de semaines" pour aboutir à "un diagnostic précis".

Vous êtes à nouveau en ligne