Hôpital : les urgences en mauvaise santé

FRANCE 2

La justice a ouvert une enquête après un décès inexpliqué aux urgences de l’hôpital Lariboisière à Paris. Une femme a été retrouvée morte 12 heures après son admission dans le service. Les syndicats dénoncent une saturation du système.

Aux urgences de l'hôpital Lariboisière à Paris, c'est un véritable choc. Une patiente de 55 ans, arrivée lundi 14 décembre à 18h45 avec les pompiers, souffrant d'un mal de tête et de fièvre a été retrouvée sans vie mardi matin sur un brancard. Les syndicats pointent un gros problème, celui d'un manque d'effectifs dans un service à flux tendu. "La problématique, c'est qu'on a tellement augmenté la fréquentation des urgences, détecter l'urgence potentiellement grave dans un flux de gens qui n'ont pas forcément grand chose, c'est extrêmement difficile'' , explique le docteur Patrick Pelloux, président de l'association des médecins urgentistes de France.

Le passage aux urgences multiplié par deux en 20 ans

Ce drame fait suite à d'autres décès dans les services d'urgences de plusieurs hôpitaux. À Rennes (Ille-et-Vilaine), en mars dernier, une heure après son admission, une femme de 60 ans décède sans avoir vu de médecin. Le même mois, à Reims (Marne), une femme de 73 ans meurt après avoir attendu plus de deux heures, seule. À chaque fois, les services étaient surchargés. Car en vingt ans, le passage aux urgences a été multiplié par deux. Une augmentation de +3,5% par an.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne