États-Unis : comment a pu survivre le plus petit bébé du monde ?

FRANCE 2

Sorti de l'hôpital après cinq mois de soins intensifs, le plus petit bébé du monde, qui ne pesait pas plus de 245 grammes à la naissance, interroge le corps médical. Invité sur le plateau de France 2, le docteur Damien Mascret revient sur cette naissance.

À moins de 25 semaines de grossesse, les risques de complications sont élevés pour les bébés prématurés. "La prématurité, c'est un problème de maturation. (...) Il y a des risques de séquelles cérébrales (...) et de déficits moteurs. Des risques sensoriels, la vision, l'audition peuvent être touchés également, et aussi des difficultés d'apprentissage qui sont possibles", explique le docteur Damien Mascret, invité sur le plateau de France 2.

De plus grandes chances de survie après cinq mois

Alors, jusqu'où doit aller la médecine pour garder en vie ces grands prématurés ? Une question difficile pour le docteur Mascret qui estime qu'il faut "mettre en balance d'un côté, le risque de séquelles graves et de l'autre, le choix des parents." Techniquement, une fois que les alvéoles pulmonaires sont matures, à partir du cinquième mois, l'enfant peut survivre. Il sera ensuite mis en couveuse pour le protéger.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne