Agnès Buzyn souhaite que les hôpitaux, actuellement "pas très agiles", soient "élastiques" en cas d’épidémies

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, à la sortie du Conseil des ministres, sur le perron de l\'Elysée, le 4 avril 2018.
La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, à la sortie du Conseil des ministres, sur le perron de l'Elysée, le 4 avril 2018. (LEON TANGUY / MAXPPP)

La ministre de la Santé, en déplacement au CHU de Rouen jeudi 5 avril, a estimé que les hôpitaux "ne sont pas très agiles" et souhaite que les établissements puissent s'adapter à l'afflux des patients au moment des épidémies.

Des hôpitaux "élastiques" en cas d'épidémie : c'est ce que souhaite Agnès Buzyn. En déplacement au CHU de Rouen ce jeudi avec Emmanuel Macron, la ministre de la Santé a indiqué au micro de France Bleu Haute-Normandie que les hôpitaux n'étaient "pas très agiles". Agnès Buzyn veut que les établissements de santé puissent "prendre en charge un grand nombre de patients au moment des épidémies", notamment en cas d'épidémie de gastro-entérite ou de grippe. 

La ministre de la Santé souhaite développer des unités qui "ouvrent l’hiver et ferment l’été", comme celle visitée au CHU de Charles-Nicolle ce jeudi matin. Par ailleurs, certains services dans les hôpitaux vont fermer parce que "les activités des hôpitaux, cette année en France, sont en baisse par rapport aux autres années", a assuré la ministre.

Un comité d'accueil pour Emmanuel Macron

Près de 300 manifestants attendaient ce jeudi matin l’arrivée du chef de l’État, Emmanuel Macron, et la ministre de la Santé, en visite à Rouen sur le thème de l’autisme. Du personnel hospitalier, des étudiants, des syndicalistes se sont rassemblés devant le CHU de Rouen. Le gouvernement doit présenter vendredi un quatrième Plan autisme, pour mettre l’accent sur le diagnostic et l’accueil.

Vous êtes à nouveau en ligne