VIDÉO. Municipales : "Paris n'est pas fait pour les personnes qui ont un handicap", déplore David Belliard

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

David Belliard, candidat écologiste pour la mairie de Paris, est revenu sur franceinfo sur la question de l'accessibilité des personnes à mobilité réduite alors qu'Emmanuel Macron préside dans la journée à l'Elysée une "conférence nationale du handicap", 15 ans jour pour jour après une loi majeure sur le sujet.

"Paris n'est pas fait, aujourd'hui, pour les personnes qui ont un handicap", déplore sur franceinfo mardi 11 février David Belliard, candidat écologiste pour la mairie de Paris, alors qu'Emmanuel Macron préside dans la journée à l'Elysée une "conférence nationale du handicap" particulièrement attendue par les associations, quinze ans jour pour jour après une loi majeure sur le sujet.

Première difficulté pour les personnes handicapées, celle de se déplacer : "Quinze ans après la loi 2005, indique David Belliard, on est encore très en retard, notamment par exemple sur les quotas en entreprise, sur l'accessibilité."

Paris, c'est 3% des stations de métro qui sont aujourd'hui accessibles aux personnes qui sont en situation de handicap...

David Belliard

à franceinfo

Selon lui, "il faut transformer, il faut changer la ville" parce que cette situation "empêche tout le monde". Les personnes en situation de handicap, "mais aussi, par exemple, lorsque vous avez tout simplement une poussette à porter". "Vous le voyez, dénonce-t-il. C'est la galère. Les stations de métro aujourd'hui, Paris en général, n'est pas fait pour les personnes qui ont aujourd'hui un handicap."

Elargir les trottoirs, pour davantage de place pour les piétons

David Belliard prône "une ville inclusive" en pointant du doigt notamment la voiture : "Quand on dit qu'il faut libérer Paris de la voiture, c'est à dire reconquérir de l'espace public. Ça veut dire quoi ? Cela veut dire qu'on va élargir les trottoirs. Elargir les trottoirs, cela veut dire plus de place pour les piétons", a-t-il expliqué.

Il demande plus de civisme pour sécuriser les déplacements des personnes en situation de handicap : "Lorsque je dis qu'il faut réguler, par exemple les trottinettes, qu'il faut faire respecter le code de la route, notamment pour les cyclistes, les automobilistes, eh bien ça veut dire quoi ? Ça veut dire aussi plus de places et plus de sécurité pour les personnes qui sont en situation de handicap...", a-t-il expliqué.

Vous êtes à nouveau en ligne