VIDEO. Conférence nationale du handicap : "La vie quotidienne des personnes handicapées n'a pas fondamentalement changé"

FRANCEINFO

Le président du collectif handicap était l'invité de franceinfo avant le début de la Conférence nationale du handicap qui se tient mardi à l'Élysée. 

Arnaud De Broca, président du collectif Handicaps, qui regroupe 47 associations de personnes en situation de handicap et de leurs familles, a déclaré mardi 11 février franceinfo qu'un "certain nombre de mesures très concrètes sont très attendues". Il s'exprimait quelques heures avant le début de la Conférence nationale du handicap qui se tient mardi à l'Élysée. Quinze ans après la loi sur l'égalité des droits de 2005, le chef de l'État doit annoncer des mesures pour faciliter l'inclusion. "La vie quotidienne des personnes handicapées n'a pas encore fondamentalement changé pour la majorité d'entre elles" depuis l'élection d'Emmanuel Macron, selon Arnaud De Broca.

franceinfo : Qu'attendez-vous de cette conférence présidée par Emmanuel Macron ?

Arnaud de Broca : Nous attendons un discours fort de la part du président de la République mais aussi un certain nombre de mesures concrètes, puisque le vrai enjeu de ces rendez-vous-là, c'est aussi d'arriver à voir des changements dans la vie quotidienne des personnes handicapées. Ça passe par l'accessibilité, par la scolarisation aussi, puisqu'il y a un certain nombre d'enfants qui ne sont pas scolarisés, par ce qu'on appelle la compensation du handicap aussi. Il y a donc un certain nombre de mesures très concrètes qui sont très attendues.

Lesquelles par exemple ?

La compensation notamment. C'est ce qui permet, par exemple, de financer des aides techniques, des aides humaines, l'accompagnement humain pour les personnes handicapées qui ont besoin d'assistants. Les barèmes n'ont pas été revalorisés depuis 2005, ça fait 15 ans. Donc, on imagine bien qu'on a besoin de les revaloriser. Elle ne couvre pas tous les besoins non plus puisque, par exemple, l'aide à la parentalité ou les aides ménagères ne sont pas couvertes par cette prestation et tous les types de handicap ne le sont pas non plus. On espère des annonces concrètes aujourd'hui.

Emmanuel Macron a-t-il fait évoluer l'inclusion ?

Il y a quand même un certain nombre de choses qui ont été faites. La revalorisation de l'allocation adulte handicapé, mais quand on gratte un peu, on voit aussi qu'un certain nombre de personnes n'en bénéficient pas. Sur la scolarisation, sur l'emploi, il y a certainement eu des efforts. Après, ce qu'on voit une fois encore, c'est que même s'il y a eu des choses lancées, des chantiers ouverts depuis son arrivée, la vie quotidienne des personnes handicapées n'a pas encore fondamentalement changé pour la majorité d'entre elles.

Existe-t-il des inégalités de traitement par les maisons départementales des personnes handicapées, selon les territoires ?

Concernant les MDPH, les Maisons départementales des personnes handicapées, ce qui est flagrant, c'est que d'un département à l'autre, on peut aller dans des délais beaucoup plus longs et très variables. Cette inégalité territoriale, effectivement, est quelque chose de compliqué à comprendre.

L'enjeu est aussi de faire évoluer le regard de la société ?

Je pense et c'est un peu l'enjeu de la conférence nationale de ce jour. Après, il va falloir mobiliser l'ensemble de la société, tout le monde. Vous aussi, les journalistes, les architectes, les entreprises et bien d'autres personnes, les administrations, pour arriver à faire comprendre que quand on va vers une société inclusive, c'est aussi faciliter évidemment la vie des personnes handicapées, mais aussi la vie des personnes âgées et de beaucoup d'autres personnes.

Vous êtes à nouveau en ligne