"Il est très rare qu'une personne comme moi prenne la parole" : un grand débat avec des handicapés mentaux à Paris

Afin d\'échanger avec les personnes déficientes mentales, des \"modes de communication alternatifs\" seront utilisés, comme l\'image, la photo, le geste...\"
Afin d'échanger avec les personnes déficientes mentales, des "modes de communication alternatifs" seront utilisés, comme l'image, la photo, le geste..." (VALÉRIE MENUT / FRANCE-BLEU PAYS BASQUE)

L'association L'Arche à Paris organise lundi soir une réunion sur les thèmes de l'écologie et de la citoyenneté.

Des personnes avec un handicap mental participent lundi 25 février à une réunion dans le cadre du grand débat national à Paris. Organisée par l'association L'Arche à Paris, elle aura pour thèmes principaux l'écologie et la citoyenneté.

"Ce n'est pas parce qu'on a besoin d'aide qu'on ne peut pas être responsable et du coup être acteur et défendre ses idées", a expliqué sur franceinfo Anne Chabert, chef de mision "inclusion" au sein de l'association. "On peut les cantonner à une place d'objet de soins. Ce sont des citoyens qui ont autre chose à dire que simplement, j'ai besoin." 

Modes de communication alternatifs

"Il est très rare qu'une personne comme moi prenne la parole", a estimé sur franceinfo Hélène Agenet, personne déficiente intellectuelle qui s'exprimera au cours de la réunion. Cette femme vit dans un foyer spécialisé de L'Arche à Paris. Elle se dit très sensible à l'écologie, "un sujet extrêmement important et qui moi me tient à cœur énormément". "Ma proposition est que chacun fasse un geste pour la planète, poursuit-elle. Une proposition toute bête, toute petite, jeter les mégots dans les poubelles. Respectez la planète parce qu'elle est en train de souffrir. Elle ne sait plus où elle en est. Elle souffre (…) Les gens au lieu de respecter la planète, ils la détruisent". 

Afin d'échanger, "on va utiliser plein de modes de communication alternatifs, explique Anne Chabert. "Les images, les photos, les gestes, les sons pour aller au-delà des seuls mots qui font que quelquefois certains sont complètement out. Je l'ai beaucoup pratiqué dans d'autres conversations. On n'a pas d'obligation de résultat. Une conversation c'est toujours chacun qui la construit, donc on va voir ce soir."

Vous êtes à nouveau en ligne