"Il est tout à fait capable de se retenir, ça fait partie de son éducation" : pourquoi un chien guide d'aveugle ne devrait pas être refusé dans les lieux publics

Hayat, malvoyante, et son chien Iro dans le 15e arrondissement de Paris.
Hayat, malvoyante, et son chien Iro dans le 15e arrondissement de Paris. (ALEXANDRE BERTHAUD / RADIO FRANCE)

Plusieurs établissements accueillant du public refusent encore, et malgré la loi, l'entrée aux chiens guides. Pourtant, ces animaux spécialement dressés savent se tenir, affirme Hayat, malvoyante. 

Un couple accompagné d'un chien guide d'aveugle s'est vu refuser l'entrée d'un restaurant mardi 8 août à Eguile, dans les Bouches-du-Rhône. Pour le gérant de ce buffet asiatique, le chien risquait de renifler la nourriture et de mettre des poils partout. Pourtant, ils "bien entraînés et bien dressés" , affirme l'association des chiens guides d'aveugle.

Exemple dans les couloirs d'un supermarché du 15e arrondissement de Paris. Hayat, malvoyante, s'arrête devant un étal de fruits. À sa droite, une vendeuse de l'enseigne l'aide à faire ses courses. À sa gauche est sagement assis Iro, son chien guide. Les fruits sucrés et beaucoup d'autres produits sont à portée de langue de l'animal, mais il ne bouge pas. "Les personnes qui m'accompagnent ne m'ont jamais dit de retenir mon chien, ou que son museau était dans les légumes, dans le poisson ou dans quoi que ce soit", assure Hayat. 

Ils connaissent 60 ordres différents

Depuis 2005, la loi oblige tout établissement public à accepter les chiens guides d'aveugle, même quand les animaux de compagnie sont interdits. Car les bêtes qui accompagnent les personnes à mobiltié réduite sont dressées pendant deux ans et connaissent 60 ordres. Elles savent se comporter en société. "Il n'aboie pas au théâtre, pas au cinéma", souligne Hayat.

Quand on fait des courses, il ne met pas son museau dans le poisson, les légumes ou la viande. Il est tout à fait capable de se retenir, ça fait partie de son éducation.Hayat, accompagnée de son chien guideà franceinfo

Pourtant, l'un de ces animaux a été bloqué à l'entrée d'un supermarché cette semaine à Toulouse, puis dans le restaurant asiatique des Bouches-du-Rhône. Hayat dit aussi connaître ces situations : "Quand je venais juste d'avoir Iro, j'ai eu un problème avec Auchan par exemple. Ça s'est résolu parce que le groupe est sensibilisé aux chiens guides mais leurs managers dans les magasins ne le sont pas toujours."

Le chien d\'Hayat, Iro, est dressé pour se tenir en société : il ne se jette pas sur la nourriture et n\'aboie pas en public.
Le chien d'Hayat, Iro, est dressé pour se tenir en société : il ne se jette pas sur la nourriture et n'aboie pas en public. (ALEXANDRE BERTHAUD / RADIO FRANCE)

Des refus encore nombreux

Maintenant, au moins dans son quartier, elle assure ne plus avoir de problème. "On a dû me le refuser une dizaine de fois, se souvient-elle. Si c'est le cas, je fais un rappel à la loi, je leur donne le montant de l'amende. Dans les petites boutiques, les gérants entendent tout de suite."

Il se passe quelque chose en France mais on veut toujours plus car c'est notre quotidien.Hayatà franceinfo

Les choses évoluent, mais Hayat aimerait que ça aille encore plus vite. "On veut que ce quotidien soit amélioré, paisible surtout. Chaque refus, c'est de la confrontation, du stress, de l'incompréhension. L'idéal, bien sûr, serait d'arriver à 0% de refus." Il reste encore du chemin. Le président de la fédération française des associations de chiens guides d'aveugles explique recevoir encore une centaine de signalements par an de la part de personnes à mobilité réduites accompagnées d'un chien guide.

Vous êtes à nouveau en ligne