Grand débat national : un think tank organise des ateliers pour recueillir la parole des personnes en situation de fragilité et de handicap

Le think tank estime qu\'à l\'occasion du grand débat national, il faut aussi écouter \"les personnes malades, isolées, exclues, les personnes en situation de handicap, y compris mental, et les personnes âgées en perte d’autonomie.\"
Le think tank estime qu'à l'occasion du grand débat national, il faut aussi écouter "les personnes malades, isolées, exclues, les personnes en situation de handicap, y compris mental, et les personnes âgées en perte d’autonomie." (PHILIPE ARNASSAN / MAXPPP)

Le think tank "Cercle Vulnérabilités et Société" estime que ces personnes "sont trop rarement sollicitées sur les sujets de société".

Des associations agissant auprès de personnes handicapées mentales, malades psychiques, autistes et personnes âgées dépendantes vont participer au grand débat national afin de faire entendre leurs voix, a appris lundi 4 février franceinfo auprès du think tank "Cercle Vulnérabilités et Société".

"Comme l’a rappelé le président de la République, le grand débat national est un exercice démocratique où tout le monde doit pouvoir s’exprimer, explique le think tank. Cela doit inclure les personnes malades, isolées, exclues, les personnes en situation de handicap, y compris mental, et les personnes âgées en perte d’autonomie, lesquelles sont trop rarement sollicitées sur les sujets de société."

Idée novatrice

Le "Cercle Vulnérabilités et Société" rappelle que ces femmes et ces hommes "sont concernés par les choix qui engagent l’avenir de notre société et leur parole doit être également recueillie". Le think tank assure que "leur expérience peut conduire à un éclairage neuf sur les thématiques soumises à concertation et, à terme, servir de levier de progrès".

Des personnes en situation de fragilité qui peuvent être une source de progrès pour la société toute entière du fait de leur expérience de vie est une idée novatrice que ces associations entendent démontrer à travers plusieurs ateliers organisés d'ici le 15 mars, date à laquelle le grand débat national doit se terminer. La démocratie et citoyenneté ou encore la transition écologique sont les thèmes retenus.

Des ateliers au sein même des structures d'accueil

Ces ateliers se dérouleront au sein même des structures d’accueil, Ehpad, foyers d’hébergement et lieux de vie des personnes concernées. Si nécessaire, les équipes encadrantes utiliseront des outils de communication adaptés. Les pictos et l'emploi du français FALC (facile à lire et à comprendre), par exemple, permettront de dialoguer avec des personnes en situation de handicap mental.

Plusieurs associations, comme l'AD-PA (citoyennage), Adef Résidences, L’Arche en France, Les Petits frères des pauvres, Œuvre Falret, Vivre et Travailler Autrement, mais aussi la mutuelle AG2R La Mondiale ainsi que les réseaux Maisons de famille et Korian qui accueillent des personnes âgées, s'engagent dans cette opération inédite pour faire entendre la voix des plus vulnérables sur des questions concernant l’ensemble de la population. D'autres associations pourraient prochainement rejoindre l'initiative.

D'ores et déjà, L'Arche à Paris, association qui accueille des personnes en situation de handicap mental, organise le 25 février un débat dans le 15e arrondissement. Des habitants du quartier seront invités, ainsi que d'autres associations qui travaillent dans le quartier auprès de personnes en situation de handicap.

Vous êtes à nouveau en ligne