Aidants : « Le plus difficile, c’est le manque de reconnaissance »

Démarches administratives, ménage, soins quotidiens… Chaque jour, 11 millions de Français s’occupent d’un proche en situation de dépendance. Avec l’allongement de l’espérance de vie, le rôle des aidants devient un enjeu majeur.

Peu valorisés, épuisés, les aidants ont de grandes difficultés à concilier leur rôle et leur vie professionnelle. Dr Hélène Rossinot, médecin spécialiste de santé publique et médecine sociale est l’auteur de l’ouvrage « Aidants, ces invisibles » paru aux éditions de l’Observatoire.

Plus de 60% des aidants n’ont pas conscience de leur rôle. Ils aident leurs proches, considèrent que c’est naturel mais risquent de tomber dans une spirale infernale. « Le plus difficile pour eux, c’est le manque de reconnaissance des professionnels de santé et de la société, le labyrinthe administratif, la précarité et les problèmes de santé qui découlent de leur rôle » explique Dr Rossinot.

Pas de portrait-robot de l’aidant

Un congé proche aidant indemnisé pourrait voir le jour en 2020. « Ce n’est qu’un petit outil » se désole le Dr Rossinot. « Il faudrait mette en place un vrai parcours et les accompagner de A à Z en parallèle du patient. Il faut mettre en place un parcours de l’aidant, les éduquer, les former » ajoute-t-elle. Autre difficulté, l’identification des aidants : « chaque situation est unique. On est tous potentiellement des aidants et des aidés. Ca peut être un enfant qui prend soin d’un parent ou d’un frère, une personne âgée qui prend soin de son conjoint ou de son enfant. Il n’y a pas de portrait-robot de l’aidant » précise le Dr Rossinot.

 

Vous êtes à nouveau en ligne